samedi, février 28, 2015

Lieux

Eau, temps, pierre, ma moto sous le chêne, j'appelle quatrevingt-treize


Enfants, être, passé, la convention l'a fait renaître, j'appelle l'homme sur l'estrade


Mémoire, Janet, présent, Aristote imitant le Nord, j'appelle les causes, matière et phénomènes


Branche, ludion, mathématiques, l’entendement qui pousse à la raison, j'appelle l'esprit Keltoi


Dimensions, lois, équilibre, l'effet en répond, j'appelle dru-wides



Dis moi Vasio, quand j'aurais rendue à Ardvinna l'eau, le sel, ne laisse pas le broyeur d’âme recycler vers le néant ma flamme. Laisse moi rejoindre mes ancêtres.
Dis moi Arnemetia, n'ai-je pas toujours été un homme digne et fier, en des lieux ou l'ont prie des gros en forme de limace, des nains couvert d’objets brillants, ou le ac est méprisé, ou les rivières sont pollués. J'attends debout, sans souillure en des lieux destructeurs d'humanité, des lieux ou on insulte l'homme sur l'estrade, des lieux ou l'on tue ceux qui accordent leur temps pour notre sécurité. Même s'il n'y a plus les savoir, je suis là, regarde moi.
Dis moi Devos, c'était peut-être demain, c'était peut-être hier, je ne suis qu'une feuille portée par ton vent, ne me laisse pas tomber.


explication de texte simplifié, un prérequis pour accéder au sens de premier niveau, le sens profond est plus loin:
1-sous le chêne est le lieu d'enseignement car il s'y trouve les outils pour pouvoir le faire.
2-Quatrevingt-treize est un moment de l'histoire qui a placé les graines de la raison en terre, même si elles n'ont pas encore germées.
3-La convention a repris la technique de l'homme sous le chêne considérant que le savoir ne peut se transmettre que par contact humain direct en créant les bases de l’Éducation Nationale.
4-Les barbares de romain qui jetaient du sel sur les terres nourricières gauloises, n'arrivaient pas à concevoir que deux chênes ne peuvent pas pousser au même endroit, qu'il puisse y avoir une limite à une structure sociale pour que celle-ci puisse rester au service de l'homme.  L'esprit celte repris par la convention est qu'une société n'est composé que d'homme, il faut que ceux-ci soient libre et puissant pour que la société soit riche et puissante. L'idée de grande citée selon les gaulois est l'oeuvre d'esprits malades, alors même que les romain pensaient que les gaulois étaient des barbares parce qu’ils n'en construisaient jamais. Les romains n'ont pas su faire la différence entre pouvoir et vouloir, et en latinisant  ont détruit les savoir sans même s’apercevoir qu'ils détruisaient un langage adapté à la logique, pour le remplacer par un langage qui trompe la raison, et pousse à des recherches d'absolus en des lieux ou il n'y en a pas.

Explication de structure simplifiée, un prérequis de premier niveau.
Historiquement sous le chêne, un bâton ajustait les concepts sur la terre battue.
Le support provisoire est partie intégrante du message, l'outil est toujours trompeur et ne sert qu’à donner une impulsion renforcée par d'autres outils. Quand les concept étaient sous forme d'images, il avait comme structure principale, les causes ( 3 phénomènes en équilibres et les matières qui vont les faire paraître) sans jamais représenter les effets. Les effets sont considérés comme étant une multitude trompant la raison d'informations inutiles. Mais, il pouvait apparaître des noeux de croisements.
La structure de l'écrit reprend avec des mots, les 3 phénomènes, puis la matière ou se reflète les 3 phénomènes, et enfin le noeux appelé.


Au final nous avons la réunion des appelés, qui ici est une prière à l'éternité.

Explications de perception simplifiée, un prérequis et mise en garde.
Le texte est un texte prévu pour un atelier d'écriture, un texte ouvert qui a pour objectif de vivre et évoluer au travers de plusieurs perceptions.
Comme nous entendons que les sons subtil qu'un autre homme nous a préparé à entendre par contact physique (odeur, gestuel, enchaînements issus de la présence), nous percevons le monde qu'au travers des enchaînements transmis par relations humaines induites par contact physiques directs.
Chacun d'entre nous est la matière et le druide la personne qui nous a transmis le savoir.
Ce qui suit est ce que j'ai compris, mais cela ne veut pas dire qu'avec les mêmes informations, une autre matière, un autre homme ne perçoive pas l'enseignement différemment.
1- Le (  ac ) représente l'humanité traduit par village plus tard par les alchimiste. Le ac se transforme en ( um … merdium ) dès qu'il représente plus d'une dizaine de millier d'ame, car les liens relationnels vitaux ne peuvent être respecter. La nature humaine n'est plus respectée. Les liens vitaux avec l'environnement ne sont plus respectés aussi car en dehors des lois.
2- Le sachant ne se présente jamais comme sachant. D'une manière innée dans la communauté, vers la force de l'age des hommes ou des femmes décident de consacrer une partie de leurs temps au transfert des savoirs à l'attention des plus jeunes. Une obligation pour les enseignants de posséder tous ses sens pour être à l'attention des matières (apprenants) et ajuster l'information afin de ne pas tromper.
C'est l'apprentie qui fait l'enseignant (druide), l'enseignant n'est jamais vieux ou gros sa force est sa vocation, sa mise au service de la communauté. L'esprit induit automatiquement un grand respect des apprenants envers ses actes de dévouements.
Les enseignements commencent toujours par l'esprit du village, le sens commun, celui-ci est toujours adapté au lieu ou le village est implanté, ainsi chaque village possède sont propre esprit, mais tous les esprits ont toujours en commun l'esprit que les habitants font partie de l’humanité.
En second, c'est l'apprentissage du langage, qui se construit sue sue des causes, il ne décrit jamais les effets, ainsi le nom d'une personne pourra être son niveau d'intégration dans le village.
En troisième, l'enseignement aborde les soins et les fonctionnements des phénomènes physiques. D'ou la présence sous le chêne qui contient les outils, en exemple la branche qui bouge dans un sens avec un phénomène et reviens dans l'autre en utilisant un autre phénomène induit par le premier phénomène (je cite cet enseignement car il a été reprit par les maître alchimiste) . Comme dans le ludion un phénomène induit un autre phénomène qui va venir parfois amplifier et entretenir le premier phénomène, c'est un système mathématique à part entière très puissant.
3-Les nutriments et le confort existe que parce que nous sommes dans un tout lié, les poissons existent car tous les membres du village ont protégé la rivière, les champignons que parce les bois ne sont pas détruit, poissons ou champignons n'appartient pas à celui qui les apporte, ils appartiennent à tous et sont systématiquement partagés. Chacun apporte selon ses capacité, rien n'est imposé mais la reconnaissance générale est induite par l'apport aux biens commun, et de fait la gloire ne dure jamais bien longtemps, l'indifférence par contre peut aller jusqu'à se retrouver dans de l'osier entrain de brûler. Car par temps difficiles les profiteurs endémiques sont éliminés.
4-La convention de 1793 a restaurer l'enseignement druidique (le concept) en créant les bases de l’éducation Nationale. Une manière de créer un contre pouvoir aux religions et redonner un sens commun en utilisant les plus grandes vertus de l’âme humaine. Un lieu ou les savoirs peuvent perdurer même dans les non-dit, un lieu ou les savoirs peuvent réapparaître d'une manière qui peut sembler innée, mais il n'en est rien, ce sont des savoirs que l'on peut transmettre sans s'en rendre compte, juste en répétant des gestes, c'est la matière qui va être réceptive ou égarée.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, février 19, 2015

De l'entendement dans les structures de SequenBaul

 De l'entendement dans les structures de SequenBaul, tutoriel à l'usage des DEV SequenBaul.

Les rentiers des sciences, vendent facilement l'idée de lois universelles, il faut bien comprendre qu'il en va de leurs rentes, il en va des politiques en symbiose. Les politiques placent les scientifiques, et les scientifiques en remerciement déclarent que les politiques sont des gens biens. C'est une action sociale pratiquée depuis 2000 ans qui apporte la paix et l'idée qu'un mystérieux inconnu nous protège.
L'idée est belle et probablement utile, mais pour pouvoir développer SequenBaul, nous ne pouvons pas la garder.
Prenons le cas d'une goutte d'eau, déposons la au plafond, celle-ci va rester au plafond, prenons 10 litres d'eau déposons les au plafond, nous n'obtenons pas le même effet car les lois changent selon les dimensions.

Les structures de SequenBaul se construisent en jouant sur les équilibres des différentes lois de plusieurs dimensions.
Les structures sont donc construites sur les cas possibles des lois physiques, et non pas sur des idées d'absolu de cas possible d'un système mathématique nommé algèbre que je juge inquiétant.

Les équilibres des dimensions (de leurs lois) sont observés dans de nombreux domaines. En dernière extrémité, si je devait donner une information pour manipuler les structures de SequenBaul à une personne sans entendement. Je donnerai cette information totalement fausse, mais c'est le seul moyen que j'ai d'atteindre une personne démunie. j'indiquerai qu'il n'y a que des niveaux d'équilibres, des niveaux prédéterminés. Un peu comme cette idée atomique, d'un noyau, avec telle zone pour telle quantité d'électron, puis telle zone pour telle quantité d'électrons.

Prenons un exemple concret sur les durées à 1/44100 s
si j'écris cette suite de durées le son sera puissant et cristallin :
{5, 7, 7, 6, 8, 6, 6, 7, 6, 6, 7, 6, 7, 7, 6, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 7, 6, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6},

si j'écris ces suites de durées le son sera beaucoup moins puissant
    {8, 21, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 21},

    {21, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7, 6, 7},

    {8, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6, 7, 5, 6},

La différence entre ces suites semble évidente à l’œil averti, la première suite utilise trois lois (*), chacune dans une dimensions différentes. Trois lois en harmonie, c'est plus puissant que des suites contenant quelques "contre temps"

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

* Ces lois je les énonce régulièrement depuis quelques années, je vous laisse les retrouver. Pour ceux qui ont des problèmes de projection, il n'y a qu'à tester dans SequenBaul, peut-être les sons à l'oreille aideront à l'entendement.

mardi, février 03, 2015

De l'importance des amplitudes sur les sons créés

Bonjours,
Dans l'étude des lois physiques, s'il en est une d'importance du poids et de la mesure (CNAM), c'est bien  la modélisation des consonnes.
La particularité des consonnes, c'est qu'elles ont besoin de voyelles pour pouvoir exister.

Prenons le cas d'une forme acoustique à la limites de plusieurs lois pour produire le son d'une consonne.
En exemple:
// son 128 le "F" API 126
      int tabamplitude128[100] = {
128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 126, 128, 127, 128, 127, 128, 127, 128, 125, 128, 125, 128, 125, 128, 126, 128, 126, 128, 126, 128, 126, 128, 126, 128, 126, 127, 126, 128, 126, 128, 126, 129, 126, 129, 126, 129, 127, 129, 127, 129, 128, 129, 127, 129, 127, 129, 128, 129, 127, 129, 127, 130, 127, 130, 127, 130, 128, 131, 128, 132, 126, 132, 127, 132, 128, 132, 127, 132, 128, 133, 128, 133, 127, 132, 127, 131, 126, 132, 127, 132, 128, 133, 128, 132, 128
      };

      int tabdurer128[100] = {
4, 3, 3, 3, 4, 4, 4, 3, 4, 9, 11, 7, 3, 8, 4, 17, 8, 4, 6, 6, 5, 6, 5, 4, 8, 4, 7, 5, 7, 6, 5, 6, 5, 6, 6, 3, 7, 6, 6, 12, 7, 6, 3, 6, 6, 5, 4, 7, 5, 5, 7, 5, 5, 5, 6, 6, 6, 11, 6, 3, 9, 5, 6, 19, 8, 6, 6, 6, 6, 4, 8, 5, 5, 6, 5, 6, 6, 6, 6, 7, 5, 5, 7, 6, 5, 5, 5, 7, 6, 5, 6, 5, 6, 7, 6, 6, 5, 6, 6, 5
      };

Avec les positions des amplitudes dans tabamplitude128, et les durées en 1/44100 s dans tabdurer128

Comme le son généré est trop court il nous suffit de le répéter devant une voyelle pour l'entendre.

En l'état le son produit le son "B", sans changer les durées, si nous augmentons de 1% les amplitudes, nous obtenons le son "P", si nous augmentons de 2% à 6%, nous obtenons le son "F" (un son très lourd sans modéliser car plus long qu'une voyelle modélisée). A partir de 6%, né un autre phénomène du à la force des répétition, créant un nouvant son se mixant au son "F".

Pour mieux exprimer les lois physiques, j'ai mis un lien sur wikimedia Pour entendre  et Pour voir 

Les lois varient en passant par des équilibres entre les dimensions.
Comme je le démontre depuis 1993, mais je pense que cet exemple s'ajoute au fait qu'il m'est difficile d'envisager de la modélisation avec de l'algèbre ou des fréquences.

Il est à noter, que ceci démontre aussi qu'il va falloir écrire dans le format BAUL que des voyelles de même force, de manière à garder les repères des consonnes. Nous remarquons aussi la technique particulière de création du son "B", je l'avais déjà démontré dans une émission de radio, dans SequenBaul le son "B" peut s'écrire avec les doigts de la main en octet en utilisant des fronts de beaucoup d'énergie, ici il n'y a que des fronts de très faible énergie, mais la répétition de ceux-ci fait comme sortir l'énergie de la matière pour créer le son "B", ce n'est pas la force de la répétition qui n’apparaît qu'à 6%, c'est bien l'effet d'une loi différente qui est observé ici.




Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

dimanche, février 01, 2015

Gestion des problèmes rencontré lors de la modélisation des consonnes

Bonjour,

Concept pure : 
Quand nous modélisons les sons, nous préparons les voyelles pour qu'elles puissent accueillir toutes les consonnes. Cet acte permet d'écrire dans nos programmes de modélisation la voyelle qu'une fois.

Concept appliqué chaque voyelle possède sa propre classe en langage C++ qui appelle une autre classe contenant toute les consonnes. La plupart des consonnes sont des marteaux acoustiques, le B, le C, le P, le K, le Q, le D ... pour écrire ces consonnes le mieux est l'utilisation d'un simple tableau sans utiliser de boucle.
En exemple dans ma classe qui génère les consonnes le G qui est aussi une forme de marteau acoustique s'écrit :

// son 43 son "G" API 110
  int tabamplitude43[18] =
    {
131, 124, 137, 108, 153, 137, 141, 87, 168, 82, 175, 71, 174, 78, 173, 142, 163, 128
};

  int tabdurer43[18] =
    {
28, 33, 42, 46, 56, 130, 34, 62, 49, 54, 58, 52, 51, 49, 52, 39, 41, 49
};

// son 44 son "H" API 146


 Nous remarquons que le G est très léger que ce son existe grace à la voyelle qui suit. Nous remarquons que l'écriture celte était tout à fait en phase avec les lois physiques, car en fait tous ces sons sont identiques ce n'est qu'une histoire de force et de puissance qui fait varier le marteau acoustique. Et nous n'avons pas besoin d'autant de lettres pour les différencier. Il serait même possible d'écrire beaucoup moins de lettre dans le code et ensuite de toutes les retrouver en faisant varier la force et la puissance.

La problématique née quand nous modélisons des consonnes qui ont plus une allure de voyelle que de consonne, des sons qui peuvent exister tout seul.

Cas du son "S" le son S trouve son existence dans une faible variation de durée qui trouve sa force dans la répétition. Pour que cette force existe, il faut compter au minimum 600 basculement de front soit 300 répétition. Ceci s'écrit en utilisant des tableaux dans les 1200 octets.
Même si la valeur de 1200 octets pour le son "S" n'a jamais été atteinte en dehors du format audio abadie.jo, je la trouve un peu lourde par rapport au poids totale de bibliothèque acoustique universelle sous linux (BAUL).

Surtout si nous regardons le cas du son "R" le son "R" comme le son "S" à la particularité de trouvé sa force dans la répétition de faible amplitude, mais en plus change de front toute les 3 durées (en seconde sur 44100) pour obtenir l'effet de roulement. ce qui propulse les données tableau à plus de 3000 octets.

Cette problématique des consonnes qui sont en fait des voyelles déguisées et qui se construisent sur une force de répétition, implique de construire la classe des consonnes en deux parties, l'une utilisant les tableaux, l'autre utilisant des boucles for en suivant la règle des équilibres acoustiques.

L'application génératrice de sons et de musique est SequenBaul en téléchargement ici



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

dimanche, janvier 18, 2015

Petite promenade en logique

Bonjour,

Du pourquoi au comment, de la cause à l'effet, sont à eux seuls une démonstration logique, qu'il n'existe pas d'absolue dans les termes.
Voici des termes différents qui pourtant décrivent la même chose.
Les sciences ne connaissent pas d'absolue, même si parfois nous nous fixons des repères pour pouvoir communiquer. Il ne faut jamais oublier que ces repères n'ont un sens que l'espace d'un court instant dans des conditions très limité. les unités international en font partie, les normes iso aussi bien que celles-ci soit plus robustes. Car les normes iso trouvent souvent leurs sources dans des concepts théoriques avant de s'adapter à des concepts appliqués.

Il nous arrive parfois de croiser le chemin de scientistes, les religieux des sciences, ceux qui croient qu'on peut donner un caractère d'absolue aux sciences. Les exemples sont nombreux, wikipedia qui utilise la technique du dictionnaire donnant un caractère d'absolue aux termes et par la même oublie l'évidence encore défendue par nos académiciens qui utilisent l'encyclopédie bâtie sur les concepts. Ou encore des mercenaires sur les usegroupe ou forum qui touchent soit des rentes, soit des salaires qui pourraient faire vivre un village entier africain, ceux-ci pratiquent l'insultes et la discrétisation de la réalité.

La logique nous rappelle que nous ne pouvons pas nous présenter comme défenseur du libre, si nous trompons en connaissance de cause les autres hommes. Ainsi tout dénie de la réalité, n'est qu'une tentative de paraître pour ce qui n'est pas. C'est une tentative d'introduction de croyance religieuse en sciences. Depuis plus de 5 ans, malgré ce formidable outil de communication 'internet',  le dénie du format audio que j'ai créé, met en évidence que les sciences n'existent presque plus, masquées par des religions douteuses.

Pour revenir au concept d'écriture des absolus, si dans les termes il n'en est pas, dans les effets des lois physiques, il en est de même. En exemple dans le format audio que j'ai créé, j'écris l'unité sur un octet, mais la technologie des cartes audio d'aujourd'hui demande deux octets standard. De fait on peut penser qu'il m'est impossible de reprendre certaines écritures, en exemple le mixe d'une consonne avec une voyelle (une porteuse et une portée avec de grandes variations fines ne rentrant pas dans un octet). Si l'analyse acoustique, nous montre que le réel est un mixe de nombreuses formes, rien ne nous oblige à faire le singe et imiter. Notre caractéristique d'être humain, nous pousse à modéliser et utiliser d'autres lois physiques pour créer le même effet. Nous ne sommes pas en religion, à chercher des caractères absolus. Nous sommes en logique pure, nous sommes en science, plusieurs causes peuvent avoir le même effet. Ainsi dans mon format audio, je fais surfer les consonnes sur les voyelles, en donnant un grande énergie sur la consonne, activant l'effet mémoire et préparant la voyelle avec un effet que j'ai identifié et nommé licorne.
Mais la logique pousse à penser qu'ici il n'y a qu'un cas particulier, que d'autres sons trouvent leur particularité dans des variations rapides ne pouvant être écrite qu'avec deux octets. En appliqué nous rencontrons les extrêmes de ces cas dans les cymbales des rythmes de base musicaux. La encore plusieurs causes peuvent avoir le même effet, car sinon comment écrire un marteau acoustique dans une très faible variation d'amplitude avec une très rapide variation de durées.
La solution est tout simplement de créer le marteau acoustique avec les durées des fronts, non pas l'amplitude et ensuite jouer sur les forces à l'aide de répétition et l'indispensable laisser derrière une zone acoustique sans variation pour laisser ce son très faible exister. Nous pouvons inclure ce son sur une porteuse en respectant la zone acoustique tampon placée après.
Ce qui donne en exemple appliqué :

  for(int duree = temps_cymbales; duree>0; duree--)
   {
// gestion des durées pour créer marteau

....
//gestion des amplitudes
...
        fprintf(fichierjo,  "%c%c",    (char)(amplitude1), (char)(durer1));
        fprintf(fichierjo,  "%c%c",    (char)(amplitude2), (char)(durer2));
}

Quelques lignes de codes qui permettent de générer le son de cymbales avec 1 octet de base

Rappel l’application pour créer les musiques
 linux  http://www.letime.net/vocale/sequenbaul.html
windows http://www.letime.net/bauw/index.html

Il existe des rentiers, les grands prètres des religion en sciences qui déclare savoir faire.
et il existe ceux qui font et le prouve en donnant des liens en téléchargement.
Chacun est libre de suivre la voie du siècle des lumière ou d'aller prier. mais ne vous y trompez pas, chaque acte a des conséquences.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, janvier 14, 2015

SequenBaul en mode composition, sonnerie de téléphone décoiffant

SequenBaul peut lire les créations musicales partagées, mais est avant tout un séquenceur 16 pistes.

je viens de tester un premier mixe 4 pistes sur des voix humaines générées.
La manipulation demande un peu de pratique, car d'un son i, é, a je retrouve des sons o ou u ou bien même de nouveaux sons que j'aurai du mal à décrire.
le fichier pèse 3 ou 4 centaines d'octets en adn compressé, il est en ligne bien déformé par l'encodage ici
Je vais mettre bientôt le fichier adn en ligne pour ceux aimant la qualité.
Certains accords sont tellement novateurs qu'ils trouveront certainement leurs places sur les téléchargements gratuits de sonneries de téléphone

Cordialement

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.