samedi, novembre 06, 2004

éternité

Éternité

Avant propos :

Me voici levé,
j'ai appris à marcher
A voir ce qui n'était
A raisonner fille de la pensée.

Puis un jour vint ou j'ai appris
à respecter les morts ; pas ceux qui ont détruit
car cela s'oublie. Ceux qui ont créé, toutes ces pensées
qui ont permis à mon monde d'exister ;

Tous ceux qui ont
Imposé sont mort depuis long
Temps, car la mémoire chasse la cruauté
Pour s'en libérer.

Mort les royalistes qui dictaient,
Mort les capitalistes qui ordonnaient,
Mort les socialistes qui imposaient,
Mort les anarchistes qui détruisaient

Pensées immortelles, des serviteurs d'idées,
Volontés et croyances en l'humanité
Sont présentes à jamais
Dans nos coeurs et nos pensées.

éternité

Le pas laisse la place à la pensée
Pour t'ouvrir la fenêtre dorée
D'une lumière plus blanche que l'éclair.
Et tu t'évapore dans les airs,

Ainsi flottant te voilà apparent
Et nul t'ignore, car nuage rayonnant,
Tu es dans leur zénith,
dans leurs sangs, ils t'en donnent le mérite.

L'infini dépassé,
Absolue tu es
Palais, montagne s'érodent et s'effritent
emportant leurs mythes

Dieu te partage l'idée
Et une belle amitié
Fier de pouvoir t'accompagner
sur cette pensée partagée.

Épilogue

Ne dicte jamais,
tu tuerais ton éternité.
Que ton souffle propose et partage
Ainsi tu sera pour l'éternité un sage.

Comprenne qui voudra, comprenne qui pourra.
Un soir, j'ai rencontré mes ancêtres. Sur l'île de mes origine, au volant d'une voiture, fatigué, je me suis endormi, pour me réveiller
dans mon lit.à quelques centaines de kilomètre, au rendez-vous fixé. Mais ceci n'est pas l'important, l'important est la discutions. Mes
ancêtres me sont apparus dans une ronde douce, et chacun menait sa mission. Le premier contact était présent pour m'indiquer la
bienveillance, puis vint le temps de l'éducation. Ainsi ils me demandèrent de rejoindre l'horizon, chose que j'essayais de faire,
mais très vite je m'aperçus que je tournais en rond. L'horizon est toujours loin et ce concept fait partie d'un système qui
s'auto-entretien. La deuxième leçon était plus pure et tenait plus du frisson que des mots. Pas, le frisson d'effroi, mais le frisson du à
cette chaleur qui vous réchauffe plus que les os, qui vous réchauffe en vous apaisant l'esprit. Ils m'ont dit « Tu vie, tu pense et
s'élève en toi cette foi, cette croyance qui t'arrache aux lois, aux lourdeurs d'une misère. Ta volonté crée, ces instants de vie et tant
mieux s'ils sont partagés pour mieux s'accélérer. L'aurore est de chaque instant, la lumière nous attire et nous éblouie, nul paupière
ne peut te protéger de cette vie d'envolées. Ton crie est ta vie, ne perds pas ta voix, sur ce qui n'est pas.. Ta douleur est notre
douleur, ta joie est notre joie, sans nous tu n'existe pas, reste avec nous. « Ces immortels devant les yeux, m'invitais à les rejoindre.
Chose que je fis. Ainsi la troisième leçon fut abordée, certain l'appelle le respect, mais celle-ci me fut présenté juste comme un
moyen matériel qui a permis à mon peuple de durer. La troisième leçon concerne la protection des bien et des personnes, et pour ce faire
garder la tradition qui permet de produire de quoi manger et éloigne les étrangers destructeurs qui pourraient construire des maisons sur
les routes des bergers, ou éloigne des personnes qui se disent à votre service et sous ce prétexte viennent vous imposer leurs volontés. Ils
m'ont expliqué que la corse étant une petite île par la taille, grande par la raison, nous n'avons pas les moyens d'être pris pour des cons.
La quatrième leçon commença ainsi, une personne se présenta. Elle rayonnait de clarté, ce qui au début fit que je n'avais pas remarqué
qu'elle était vêtue de haillons. Des haillons qui ne cachait même pas sa pudeur. Il me dit, je suis mort pour toi. Un continental m'a chassé
de mes terres, des terres de mes ancêtres, de tes terres, sous prétexte d'argent, et quand j'ai voulu me rebeller, il m'a envoyé les
gendarmes qui m'ont traqué pendant plusieurs jours comme une bête. Blésés, perdant mon sang, ils m'ont débusqué et achevé sans tenir
compte de mes plaintes. Je suis mort dans un fossé, entouré de gardes à cheval. Aussi, ne te laisse jamais faire, défend ton droit et ta
raison. Garde la tête fière, n'admet aucune fausse raison, nul ne peut toucher ton peuple. Une autre personne vint, et me dit, je suis mort
pour toi, je suis allé à paris faire la révolution pour que nul corse ne subisse l'insulte d'un ordre contre l'intérêt de son peuple ou
d'une injure. L'injure est d' essayé de faire croire qu'il existe quelques chose de supérieur à nos traditions, à notre éternité, à
notre croyance en Dieu, à notre foi envers la famille.Un prêtre m'apparus, et me dit je suis mort pour toi. Je suis mort de faim,
j'étais au service du village, une mauvaise personne se présentant comme mon supérieur a voulu que j'impose à l'église, j'ai refusé,
alors j'ai été éloigné sur le continent ou je suis mort. Je suis mort pour toi, car j'ai gardé la religion pure jusqu'à toi. Une autre
personne apparue et me dit, je suis mort pour toi, tu sais les marches qui vont du village jusqu'à la plage, j'en ai fait une partie et cela
m'a coûté la vie. Une autre personne apparue, et me dit, je suis mort pour toi, un jour, un fada c'est présenté avec beaucoup de métal, et a
dit je vais vous dirigé car je suis riche d'argent donc supérieur, je l'ai chassé, cela m'a coûté la vie. Mais le village est resté dirigé
par des hommes à notre service, tout cela pour que tu puisse être toi. Ainsi de suite ce fut un défilé qui pris presque toute la nuit. Et à
la fin une question me fut posé : Et toi, est tu prêt à mourir pour nous ? J'ai répondu oui. Je suis prêt à mourir pour vous, pour moi,
pour nous, car le jour ou je faillirai, je ne serai plus et perdrai par la même l'éternité. J'ai répondu oui, je chasserai celui qui
impose sa volonté. J'ai répondu oui, j'isolerai, celui qui se croit supérieur. J'ai répondu oui, plutôt la mort que laisser commettre un
crime contre le corps ou la pensée de mon peuple. La cinquième leçon était un voile, une prise de conscience du nouvel
état dans lequel je me trouvais. Une nouvelle question me fut posé, ou plutôt c'était une affirmation. Il me fut dit « tu ne peux plus
tomber » Sur l'instant, je n'ai pas compris. C'est alors que m'apparus l'humanité, ses joies, ses bonheurs, ses grandeurs, ses vies, mes
vies, nous était un, et un était nous. Nous et ses lois qui portent les moyens à l'extase. Arc en ciel des nuances remplit le ciel de tes
fréquences, mariant l'harmonie des pensées. Ce n'est pas l'équilibre, ce n'est pas le milieu entre deux limites, c'est l'attraction, le
centre, le coeur de la comète, ce qui mène la vie. Une volonté douce qui vous enrobe et vous retient, éloigné de tous les précipices, sa
seule présence justifie son existence. Les mots sont à inventer pour décrire l'état, mais encore c'est savoir glisser sans heurt, pousser
des pensées qui enclenchent le bonheur, savoir créer sans détruire, savoir construire sans redresser juste consolider du bon coté. Cette
loi qui fait que chaque instant est un bonheur. Cette loi est l'action, l'action menée avec volonté, volonté de créer, créer avec
respect, respect de ce qui est, est c'est nous, nous nous grandissons, grandir c'est l'action sans détruire. La cinquième leçon était
l'introduction de la sixième. Cette sixième qui décrit le monde. Cette sixième leçon composée des cinq lois universelles, uni matière et
pensées, mais la suite un autre jour la sixième leçon : Ils me dirent la raison est guide de toutes choses, les sens nous
trompent la raison nous mène. La matière nous apparaît à travers la raison, garde la raison ouverte, pour ne point te duper. Développe tes
idées dans le sens que nous allons t'indiquer, mais n'oublie jamais d'écouter avec bienveillance les autres méthodes présentées, car nul
ne sais sinon qu'il ne sait rien. L'idée première par l'instinct est de capitalisée, elle est un droit, mais est vite remplacée par la
recherche de l'éternité, un droit plus fort et qui toujours apparaît même s'il est dénoncé. D'ailleurs il est dénoncé quand il est mal
appliqué. Aussi analyse toujours du basique vers l'envolé, car nous ne retiendrons que ce qui c'est élevé. Commence par avoir un regard en
rapport à tes intérêts personnels, fait le tour de la question sous toutes les formes et moyens qui soient. Une fois ceci fait reprend le
raisonnement par rapport à ta famille, et analyse de nouveau, garde en précieusement les conclusions. Revient encore à la raison et analyse à
nouveau par rapport à ton village, ton éternité grandit. Cela ne suffit pas encore, analyse par rapport à ton humanité, tu tendra vers
l'éternité sans cruauté. Ne tombe pas dans la misère de croire qu'il n'y a qu'une forme de pensées, tu en viendrais à oublier ce que tu es,
perdu dans une prison de convictions erronées. Tu te fermerais une multitude de moyens qui te permettent d'exister, tu ne serais qu'un
objet, un robot à la tache planifiée. Évite les personnes aux idées clefs, qui analysent tout avec un seul mode de pensées, ce sont les
miséreux de notre société. Ils en arrivent à oublier qu'ils sont des hommes et marginalisent tout ce qui est en dehors de leurs prisons. La
douceur est notre force, enfant de la raison, sans imposer te voici près à écouter les lois universelles. Ils me dirent plusieurs lois régissent
aussi bien la pensée que la matière. La première te présente l'idée, qui plus elle est observée, plus elle est nombreuse, ainsi l'idée
attire les idées, comme la pierre tombe, une attraction qui mène l'homme, corps et pensées, nous permet les envolées. L'homme attire l'homme,
les idées attirent les idées, voici le début de notre société. Même les planètes, nous montrent l'exemple au firmament. Ils me
dirent la deuxième loi est le miracle, le miracle de la vie, car le phénomène crée, entretient et accélère un nouveau phénomène, comme le pas
sur la rivière, comme se tourbillon à la vitesse infini, notre pensée crée, entretient et accélère de nouvelles pensées
à l'infini, appliqué à notre société, ne vois-tu se souffle, se vent qui t'emporte au delà, nous sommes toujours là. La troisième
loi permet la reconnaissance et donc le raisonnement, ils me dirent chaque chose n'est analysable que par rapport à elle-même,
Je leur ai dit, que cela n'était possible qu'il me fallait des repères, même en géométrie, et pour les courbes une attache comme
le zéro, j'ai besoin d'un étalon pour mesurer. Ils m'ont demandé d'arrêter de jouer à l'abruti, d'arrêter de cracher mon conditionnement,
d'écouter la proposition et seulement après, faire mon jugement. Ils me demandèrent mon age, je leur répondis trente et un an,
ils me demandèrent comment je vivais cet age particulier, je répondit bien, et ils me dirent que mon age est bien, et il est toujours
bien car nous mesurons notre age à l'aide de l'age du moment, ainsi dix ans est mesuré par un enfant de dix ans. Il me dirent ton
temps est individuel, mais tu peut le percevoir autrement, c'est la particularité du temps du moment, mais le temps peut être
aussi collectif, c'est le temps des rendez-vous, c'est le temps sociale. Ils me dirent, maintenant si tu as bien compris ces deux temps
qu'il ne faut mélanger, nous allons t'indiquer le secret du bonheur. J'ai répondu, c'est déjà fais, vous m'avez donné l'éternité, ils me
dirent que vouloir ce n'est pas pouvoir, j'ai répondu, je suis, nous sommes, ils me dirent alors puisque nous sommes, ne nous laisse pas
être à moitié, j'ai dis comment ? Ils me dirent, le troisième temps c'est le temps de l'infini, c'est le temps de l'événement, chaque début
d'expérience part à l'infini, as-tu oublié ton coup de foudre ? ta première rentrée scolaire? ton premier rendez-vous ? avant l'équilibre
chaque événement démarre à l'infini, et sache en relancer certains qui te sont des plus profitables, comme avec ta famille. La quatrième loi, me fut
présentée ainsi, quelque soit le chemin que ta matière ou tes pensées emprunte, si ta force te mène au bout, tu arrivera
au même point, donc n'oublie pas que l'important c'est la manière, ta conduite, ton attitude, ton comportement qui importe,
sache resté digne et fier, ne jamais porter tord à autrui, évite tout ce qui est cruel, n'agresse aucun obstacle que le hasard t'aura fournit. Voit les
interférences, lumière ou matière que vous nommez rayons x, se retrouvent toujours au même point, vois les écrits des philosophe
sur les sujets finis, sont toujours au même point, la différence réside sur ce que tu va faire. La cinquième loi t'aidera, car de la deuxième loi toute sorte de
chose ou de pensées se créent, n'oublie pas que ces nouvelles choses, ne répondent pas aux lois des objets qui les ont créés.
Comme ta pensée associe des mots aux mois particulières, les phrases ont de nouvelles lois, et les lois des mots sont périmées ;
de même des lois lies les grain de matière, et c'est l'attraction de la terre qui crée la gravité écartant les anciennes lois de
la matière, encore les sons ont leurs lois, mais associés la mélodie apparaît avec de nouvelles lois comme l'harmonie et le rythme,
toi aussi sache que les lois de tes pensées particulière, ne sont pas là pour l'éternité, travaille pour nous rejoindre pour
les faire évoluées vers nous et nos lois, car nous ne sommes pas qu'à moitié, tu as passé trente ans, nous t'attendons ne tarde pas.
Le chant est plus jolie en chorale, ton coeur, notre coeur attend ton unissons, l'église est battis à toi de nous rejoindre vraiment.
La dernière leçon est personnelle, par respect je parlerai pas de ma religion, les corses la connaissent, et la pratiquent. Elle
n'a donc sa place dans ce récit.
http://www.letime.net

4 commentaires:

klod a dit…

Respecter les morts...
Je dirais même plus faire mémoire de leur temps,
de leur souffrance, c'est donner du poids au
silence qui suit leur départ et marcher dans
les pas déjà creusé en leur temps.

APOLLINE a dit…

Une mode pour toutes les tailles avec des articles allant du 32 au 56.

APOLLINE a dit…

Une mode féminine originale

vente a dit…

Vous avez un blog très agréable et je l'aime, je vais placer un lien de retour à lui dans un de mon blogs qui égale votre contenu. Il peut prendre quelques jours mais je ferai besure pour poster un nouveau commentaire avec le lien arrière.

Merci pour est un bon blogger.