samedi, octobre 30, 2004

Il a dit

Il a dit : " l'homme, c'est le verbe." Il n'est plus là, pourtant ce jour, je pense, j'écris et je dis, l'homme c'est le verbe. N'y-a-t-il là une cause première à nos actions ? Une fuite de cette perception de ce zéro illusoire ? une recherche d'éternité à travers autrui ?
N'est-ce un droit naturel individuel innaliénable, celui de rechercher l'éternité, un droit plus fort que celui qui nous permet de profiter du fruit de notre travail ?
Même appliqué à une société, ce capitalisme ne cherche t-il pas à imposer, une manière cruelle d'obtenir l'éternité ?
Je partirai mais ma famille, mes idées seront tant que ceci sera.
Cordialement j'aimerais partager ces quelques mots avec vous.

nuage de temps

Sommes nous condamné à être promené comme des nuages au coeur du tourbillon ? où pouvons nous choisir un nuage doux, un stable pour nous emporter au loin ?

vendredi, octobre 29, 2004

Pourquoi ?

Pourquoi quant je pousse ma pensée au plus profond qui soit, et que je
l'exprime, la grande majorité ne me comprend pas ?
Peut-être que ceci est un cas partagé par tous, que devant nos
spécificités, l'esprit développe des particularités qui ne peuvent
être comprises que par l'individu qui les a créées. Mais encore, de
même sur le volcan, dans quel but telle pierre est-elle lancée à
droite plutôt qu'à gauche ? Pourquoi telle émanation plutôt que telle
autre ? c'est ce que personne ne se demande en réalité. La plupart sur
ce forum ne se demande pas pourquoi ! On pourrait citer mille autres
exemples : pourquoi, dans quel but, les nuages poussés par le vent
prennent-ils telle forme plutôt que telle autre ? pourquoi, dans quel
but, la maladie appelée folie produit-elle telle divagation plutôt que
telle autre ? Jusque dans la manière utilisée pour mesurer le temps.
Dans quel but un monstre a-t-il deux têtes, et un autre n'en a-t-il
point ? Tel scientiste pourra dire ou décrire les forces qui font ce
mouvement, mais pourquoi ? dans quel but, est-il là ?
Pouquoi tant de haine ?
Pourquoi tant de chevilles enflées ?
Même si le détail de mes posts échappent à la compréhension, je reste
persuadé que dans sa globalité ceci a un effet. Ainsi ce qui semble
incohérent vu de trop près, fait partie d'un édifice qui se construit
pour mieux nous protéger. Un édifice dont les pierres sont les idées,
ainsi regroupées de toutes origines, chacune sa fonction, le tout pour
mieux nous éclairer. Nul besoin de savoir d'où provient cette lumière,
l'important c'est de voir. En exemple appliqué, le cas du bouchon dans
la tuyauterie, peu importe son origine, un bouchon provoque un défaut
d'écoulement. Le but de super Mario est de l'exploser, il se trouve en
droguerie des produits prévus à cet effet. Quand super Mario met le
produit, pensez-vous qu'il se demande si le bouchon va se transformer
en mille ou deux mille morceau, pourtant analysé séparement nous
recherchons une cause à chacun de ces petits morceaux, quel est la
raison d'être de ce bout-ci ? de ce bout-là ? Ou même encore
pensez-vous que super Mario se demande si les petits bouts sont ronds,
carrés, ou pointus, s'ils sont partis en longeant la partie gauche ou
droite du tuyaux ?
Ainsi certaines choses ne trouvent leur importance que dans la
globalité, et il est difficile, voir impossible de les séparer, comme
certains l'ont fait avec mes écrits ou ceux de mes colistiers.
Cordialement Andre pj

jeudi, octobre 28, 2004

Hypothese sur le temps

Le temps est le temps, chaque instant nous rappelle ce phénomène,
mais ce que nous pouvons faire à son sujet, c'est d'observer l'action qu'il a sur les objets
et la manière à laquelle il se présente à notre perception.

De l'observation des astres, il se présente d'une manière particulière, et répétitive qui provient
de la mécanique céleste, qui est traduit par la rotation de la terre sur elle-même,
nous avons donc mis au point un appareil de mesure particulier qui a évolué avec la
science, pour mesurer cette action répétitive continue. Ceci nous permet donc
dans le domaine de définition restreint de la terre d'avoir une mesure la concernant.

De l'observation de la biologie ( temps de cicatrisation en fonction de l'age,
ou de la prise de poids des poulets, ou encore des réactions enzymatiques ) et de la
physique ( chute des corps, loi des écoulement, ou encore décharge capacitive électrique)
nous avons un temps non continue irrégulier. L'appareil de mesure pouvant mesuré ce temps
n'a pas encore été créé à ma connaissance, malgré mes appels depuis plusieurs années. De fait
nous sommes obligés d'utiliser un mauvais outil créer pour les planètes, et d'y associer
un mode correcteur sous forme proportionnel exponentiel. Le correcteur est
t = k(1-exp(-t'/jo))
avec t le temps
avec t' le temps particulier aux planètes
avec k valeur du nouvel état d'équilibre
avec jo nombre sans dimension, caractéristique du phénomène étudié.

De tous ceci, il appairait un temps physiologique, mais en psychologie,
les choses ce compliquent, car il existe dans ce domaine trois temps.

Les trois temps psychologiques:

Le temps social utilise une norme, même incohérente nous sommes obligés
de l'utiliser en attendant qu'elle soit changée, car elle nous permet
de communiquer. Le temps social est le temps de la convention, le temps
qui est utilisé actuellement d'une manière généralisée chose que
nous ne pouvons pas faire. J'entends par ce terme le temps présenté comme une droite
linéaire, mais ceci est du au fait, je pense, qu'il soit
pris sur une durée très courte, je pense qu'un temps expo étudiée dans une zone
particulière aura l'apparence d'une suite régulière droite,
d'une droite, alors que dans sa globalité, c'est une courbe expo.
Le temps qui permet d'avoir un repère commun à tous les hommes, et qui
permet de se donner rendez-vous, le temps issue d'une loi sociale.

Le temps de l'évènement ( événementiel), permet à chaque instant de
tendre vers l'infini, c'est celui qui nous raccroche à la vie quelque
soit l'instant et l'age.
Les premiers instants, comme le coup de foudre, le premier baisé, le premier emploie,
la première rentrée scolaire, les premiers été de vacancier, représentent une grande quantité
de temps et d'émotions, de fait, c'est le nombre d'évènements, d'expériences, qui va donner
la vie et plus le temps aura d'importance, plus nous nous apercevons qu'il est court,
et nous ne le voyons pas passer, car chaque début est un infini.

Le temps individuel, a plusieurs particularités, le théorique et l'appliqué,
l'appliquer fait que dans ce temps nous sommes en permanence au sommet de notre vie.
C'est le temps de notre age, nous nous apercevons bien qu'il est composé de paliers
qui représentent plusieurs facteurs et selon le facteur dominant la courbe prendra
son accélération. Ces paliers sont, de la conception à l'accouchement,
de l'accouchement à la puberté, de la puberté au vieillissement final.
Nous nous apercevons bien que le premier facteur a une force comparable à une explosion,
le deuxième facteur nous construit comme une fleur jusqu'à l'épanouissement,
après il s'estompe doucement laissant la place au troisième facteur qui nous maintient
doucement, l'effet de la mémoire fausse un peu la donne et nous amène à notre apogée
vers trente ans.

Le but de ce texte n'est point de parler du fonctionnement cérébrale et donc de la mémoire,
pourtant celle-ci joue un grand rôle dans les interférences que vont créer les trois
temps associés. De plus les actes conditionnés et les automatismes corporels qui
libèrent notre pensée des actes quotidiens et nécessaires peuvent influencer ces interférences.
Les interférences qui utilise la mémoire pour faire ressortir et associé le temps d'un
évènement du passé au temps de l'évènement du présent, le tout mesuré
à l'aube des deux autres temps, provoque une désorientation qui provient du mélange
des domaines de définition, ne reconnaissant pas que chaque évènement possède son propre temps.
Andre pierre jocelyn

lundi, octobre 25, 2004

histoire de temps

L'étude du temps en physiologie, nous parait relativement simple. De l'étude des courbes de la prise de poids des poulets sous l'action des androgènes, au temps de cicatrisation des blessures des hommes selon l'age, le temps nous apparait exponentiel proportionnel, chaque chose ne pouvant se mesurer que par rapport à elle-même.
Mais en psychologie, nous devons faire intervenir trois temps qui s'interfèrent, le
temps de l'évènement, le temps individuelle et le temps social. De plus nous pouvons observer qu'un de ces temps est présenté actuellemnt comme linéaire, ce qui n'arrange rien à la raison.
Cordialement Apj

mille neuf cent quatrevingt-treize

Cet été 1993, seul assis à ma table, le silence au-dedans, la fenêtre vibre du camion qui passe, le bruit du dehors, je rêve.
Je rêve à ma réussite, je rêve au succès de mon futur mémoire, je rêve de ce canal et de ces concepteurs. Ce canal qui part de Beaucaire à Nourriguier est si capricieux que son niveau varie au-delà des limites fixées depuis que ces vantelles, sources de l’élément indispensable, ont été motorisées.
Le rêve imagine, le rêve construit une idée qui n’émerge que dans les rêves, une idée qui résout les équations impossibles.
Seul un rêve peut mettre en cause ce en quoi je crois, remettre en cause la base de mes acquis, remettre en cause le temps. Mais l’urgence, le canal, le mémoire, il faut réussir. La volonté pousse et peut importe mes croyances seul l’effet compte ; il faut essayer sinon l’espoir s’envole, le rêve s’éteint.
Tout se précipite, l’acte suit la pensée, le modèle donne des chiffres, les chiffres sont introduits dans le régulateur des vantelles, et l’observation, le calme s’imposent, le cheval fougueux est dompté. Le niveau du canal, bien sage, ne s’éloigne plus de cette valeur de consigne si cher au régleur. Quelques jours de suspense encore, des fois qu’un caractère particulier ait échappé à l’observateur. Mais non, je n’ai rien oublié.
La joie et la misère se rencontrent, la joie de la réussite du mémoire, de l’objectif atteint mais la misère de cette folie poussée par le rêve qui m’ont fait imaginer un autre monde.
Je n’ose en parler, même à cette main secourable qui m’aide pendant la rédaction du mémoire, je reste sur les chiffres sur l’abstrait. Cet autre monde je le vois, il est si différent, ce n’est qu’un rêve, la réalité est bien là. Je dois prouver au rêve son état de songe, le présenter au concret.
Mais surprise, devant d’autres sciences le rêve résiste et persiste ; il est temps de faire rendre grâce au rêve, peut-être que l’entendement d’une des responsables des unités de recherche de Montpellier ou un spécialiste en régulation pourrons détruire ce rêve ? Mais non, les bases que je leur ai données leur semblent pouvoir être soumises à publication. Le rêve ne veut pas mourir, alors je m’endors et ma volonté remporte le rêve en décembre 1993.
Ce jour, il en reste un canal régulé, une note de diplôme satisfaisante et les restes d’un rêve oublié.
Il y a longtemps maintenant, j’avais rêvé d’un autre monde, un monde où le temps serait parfait, où le temps nous appartiendrait. Chacun le sien au moment, pour l’enfant d’un jour, le jour serait sa vie, l’année l’infini ; pour l’adulte le jour serait l’instant, l’année de moins en moins jusqu’à ce quelle ressemble à celle d’avant, jusqu’à presque rien. L’équilibre, la mort ne serait que la fin d’une répétition fatigante. Si ce n’est ce paradoxe qui pousse l’instant à une nouvelle vie, une nouvelle éternité pour chaque expérience, et qui nous raccroche à la vie, à ses richesses quel que soit l’instant et l’âge. Et ces phénomènes physiques sans respect pour l’Humanité qui nous copie jusque dans les mécanismes de notre pensée. Ces phénomènes physiques qui veulent bien se dévoiler, s’éclaircir à condition d’avoir les mêmes droits que nous sur le temps, un temps individuel proportionnel à l’origine et de plus exponentiel. Mais chaque phénomène devrait avoir sa montre sa mesure ! Les systèmes sociaux ne voulant pas rester seuls dans un temps comparatif, réclameraient un temps déductif accordé à l’homme, aux systèmes physiques. Un temps qui supprimerait la jalousie et le zéro.

dimanche, octobre 17, 2004

Hypothesis on time

The aim of the following work is to suggest a new concept on the way of appreciating and measuring time.
A - Origin of the hypothesis
In 1993, I carried out a study on a portion of the Rhône to Sete canal in order to regulate the water level of the canal. The parameters having an impact on the water level are as follows:
a- the level of the Rhôneb- the crossing of the lockc- withdrawal by gravityd- withdrawal by pumpinge- the rainfallsf- the Nourriguier overflowg- a single wave
The traditional method consists in measuring the variations of the level of the canal along with all the parameters. But, because of the fluctuation of all the parameters, that method is not feasible .That is why I have identified and plotted each parameter on a curve. Then I have tried to solve the equation representing them. Thanks to the use of the method Lapace.I have been able to simplify and solve the equation. Then I have tried to figure out why I had not managed to simplify the f(t) equation whereas the simplification of the x(p) equation was completed in a couple of hours. The difference between the two mathetical systems is an exponential time-base. Hence the hypothesis that time is exponential.
B - Presentation of the hypothesis
Physical phenomena are apprehended by curves. The physical systems studied are either naturally stable or naturally unstable. Thus the 2 types of reactions can be observed:
a- either the system tends towards a new state of equilibrium, it is naturally stable.
b- or the system tends towards a drift, it is naturally unstable.
Each factor which influences a naturally stable system does it through an integration according to the time factor f(t).Each f(t) integration can be shown by measuring time in an exponential way.Therefore it is possible to identify the number of factors influencing a physical phenomenon.Each factor is identified by a sizeless number named Jo and can be recognized.The law for a factor on a stable physical phenomenon is as follows:Y(t)=k(l-e(-t/jo) )
Y being the value measured, the physical phenomenon under study
K being the equilibrium value (plateau)
T being the time measured
Jo being the value representing the curve
Each factor which makes the system unstable does it up to a limit value.
The law for a factor on an unstable physical phenomenon may be written as follows:Either y = kt
Or y(t) = jo e(-t/jo)+ t-jo
Or y(t) = ke-at
C - General method of application of the hypothesis
To avoid the influence of the other factors and to make up for the errors due to measurement, take two dots on the tangent which has led to the experimental curve yl,y2.Yl =k(l-ee ((-tl/jo) and y2 = k(l-e (-t2/jo)With yl,,, y2,, tll,t2 knownThis leads to k = yl/((l-e (-tl/jo) ) = y2/(l-e (-t2/jo)
Hence the value of jo
A theoretical curve is plotted with k and jo
a- If the curve is identical to the experimental curve, it can be said that a single factor, characterized by jo, influences the curve.
b- If the curve is different, at the first point of divergence of the 2 curves, it is necessary to reproduce the operation including y (t) = k((l-e (-t/jol)) (l-e (-t/jo2)).With k(l-e(-t/jol) value found in a.The operation is repeated as many times as needed to get an experimental curve similar to the theoretical curve.
Thanks to a copy to scale, it is possible to find out if one factor or several play a rôle in the system.
It is possible to design a software which will determine the number and the characteristic ofthe factors involved in the experimental system. Indeed, each action which modifies a system will be spotted by a dimensionless number named jo and will easily be identified in the course of the analysis of other systems.
D - Applications
In Biology, after correction of the time base, the factors involved in such complex systems can be identified.The feasibility of the application has been verified on “nutritional needs of poultry “ by Eugène Simmonet, a work selected by the Académie d’Agriculture and the Académie de Médecine, page 73, and on “the androgens” by A Simmonet, page 188.- In the mechanic of fluids, I have successfully applied the method to studied on thermal exchanges and on the regulations of level.
- In philosophy, the hypothesis implies that a mere instant for an adult is an eternity for a child. One month for a one-month-old child represents 100% of its life, whereas, a month for a 72-year-old personn represents 1/864. The hypothesis is that time for a man or for most of the physical phenomena I have met varies in an exponential way of the first order, that is to say: x(t)= k(l-e (-t/jo) ) for manx being: biological timek being the age of deathand jo as a function of genetics.
E - Conclusion
The current system based on time is a good indicator for a collective system, but the use of a system based on bioligical time eliminates the modification of indicators which make the systems more complex.
AUTHOR: ANDRE pierre jocelyn 1993