samedi, février 05, 2005

Jolie texte sur toile du net

J'ai trouvé un joli texte, je le joints ci-dessous,le lien étant sur le titre. Profiter de l'instant, c'est construire demain. Ainsi construire l'amour du jour, permettra à celui de demain d'exister.
le texte :

"Accepter la maternité, c'est accepter l'interruption ; Emilie revient du collège et le travail s'arrête. Elle réclame mon attention toute entière. je deviens sa copine, son pote, sa duègne, sa carte de crédits sur pattes. Ca m'énerve mais en même temps j'adore ça. Elle m'émeut comme personne mais elle peut aussi me rendre folle. Elle part du principe nécesssaire à tout les enfants en bonne santé qu'elle passe avant tout...

Comment expliquer cela aux gens qui n'ont pas d'enfant : on renonce à soi, et sans même un regret. On se consacre à guider son enfant dans la vie, aux dépens de son petit moi gonflé d'égocentrisme et qu'on croyait immuable. Pour rien au monde, je n'aurais manqué cette expérience. Elle a ramené mon moi a des proportions plus modestes. Elle m'a éveillée à l'Eternité. Elle m'a fait prendre conscience de mon humanité, de ma mortalité, de mes limites. Elle m'a donné toutes les miettes de sagesse que je possède aujourd'hui..

Le don le plus précieux que je voudrais léguer à ma Fille est la liberté. C'est une chose qui se construit par l'exemple , pas par l'exhortation . La liberté est une laisse jamais tendue, un droit à être différente de sa mère tout en gardant son amour. La liberté interdit à une mère d'entraver sa fille, de lui imposer une clitérodictémie symbolique, de lui faire partager ses propres limitations. Elle lui impose d'accepter de se faire rejeter par sa fille quand c'est nécessaire et de lui rouvrir les bras le moment venu. Cette liberté c'est l'Amour inconditionnel.

Je veux te donner ta liberté, Emilie : si tu me détestes, si tu me rejettes, je comprends ; si tu me maudis, si tu te repens,je comprends aussi. Je voudrais être le repère, le "remère" où tu reviendras toujours .Je crois pouvoir être le terre d'où tu jailliras pout t'envoler ves des contrées que tu auras choisies en toute liberté.

Mais si aujourd'hui (tu n'as que 13 ans), je te donne trop de liberté, contre quoi te battras-tu ? Tu as besoin de ma connivence mais encore plus de ma résistance. Tu dis "Je suis une adolescente, donc en crise, et j'en suis fière !" Je te promets un amour infaillible pendant que tu feras l'expérience de la haine. La haine est ausi une énergie ...qui brûle parfois plus fort que l'amour. La haine est parfois la condition préliminaire à la liberté.

Je veux te libérer des peurs qui m'ont enchaînée, tout en sachant que cette libération ne peut venir que de Toi.

Je prie pour que tu n'aies pas besoin que je te reçoive si tu tombes. Mais je suis là et je serai Toujours là.

La liberté est pleine de peur. Mais le pire à affronter ce n'est pas la peur, c'est la paralysie.

Va vers ton destin de femme. Détache toi de moi, mais ne pars pas trop vite .

Je t'aime Emilie, mon cadeau de Dieu."

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant."

Aucun commentaire: