mercredi, septembre 14, 2005

saint louis

Ciz sainz hom ama Dieu de tout son cuer et ensuivi ses oeurvres ; et y apparut en ce que, aussi comme Diex morut pour l'amour que il avoit en son peuple, mist-il son corps en avanture par plusieurs fois pour l'amour que il avoit à son peuple ; et s'en fust bien soufers, se il vousist, si comme vous orrez ci-après.
La grans amours qu'il avoit à son peuple parut à ce qu'il dist à mon signour Loys, son ainsné fil, en une mout grant maladie que il ot à Fonteinne-Bliaut : "Biaus fiz, fist-il, je te pri que tu te faces amer au peuple de ton royaume ; car vraiement je ameroi miex que uns Escoz venist d'Escosse et gouvernast le peuple dou royaume bien et loialment, que ce que tu le gouvernasses mal apertement." Li sainz roys ama tant verité que neis aus Sarrazins ne vout-il pas mentir de ce que il lour avoit en convenant.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Salut et bravo pour ce bloc inspiré ! Tu as étudié l'ancien français ou tu citais juste les textes comme ça ?

greg