jeudi, décembre 01, 2005

termes

Le terme est une des clefs qui permet le raisonnement.
Sans la symbolisation, impossible de mettre l'information en mémoire, impossible de percevoir le temps, car le temps est variation, le temps est phénomène.
Ceci induit que notre raison utilise le terme et ses lois pour percevoir le monde.
Le terme par effet devient notre grandeur et notre faiblesse, grandeur en créant la communication avec soi-même et avec autrui, faiblesse en créant les dogmes et en déformant les concepts qu'il représente.
De la sorte, quand je cherche les limites du raisonnement j'en apperçois trois :
Le premier principe de Bossuet qui dit qu'un terme ne peut représenter qu'un seul concept.
Le deuxième principe de Cousin qui dit que chaque terme change de sens en fonction des connaissances du moment, de l'époque.
Et le troisième principe que je propose qui dit que le terme déforme le concept qu'il représente, ou encore que la modélisation est toujours restrictive et orienté en fonction de la perception, et par la même détruit le concept. Ainsi la crédibilité du terme ne devra jamais dépasser 63% de sa valeur optimale que nous pouvons nommer dogme.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: