mardi, mai 24, 2005

click

Click, clickEst-ce une idée ?est-ce un esprit ?Dis-moi pourquoi je vie ?Dis moi pourquoi je cré ?Ne serait-ce tout simplement une recherche d'éternité ?Un grand respect à cette science nommée communication qui cré amour et amitiés ?

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, mai 21, 2005

Graine de croire 2

Ainsi, nous voici donc en présence d'une science qui va pouvoir gérer l'information, les sentiments. Cette science est douée de plusieurs outils. Un des plus remarquable est la mise en mémoire, une mémoire qui peut être individuelle ou encore collective, une mémoire qui peut trouver bien des supports et des formes. Malgré l'importance de cet outil, nous ne devons pas oublier pour autant les nombreuses autres sciences (autres outils) qui nous sont offertes pour notre plus grande gloire.
Cette science certains l'ont nommée "philosophie", mais j'ai le sentiment qu'au cours de l'évolution, la définition de ce terme a évolué de tel sorte qu'il ai perdue son sens premier. En d'autres termes, actuellement nous entendons par ce terme " la science des concepts ", or cette définition, n'est qu'une petite partie de son sens premier. En voulant affiner, en voulant détaillé, nous avons perdu ou négligé ce qui est. En d'autres termes encore, cette définition représente l'arbre qui cache la forêt. Certains philosophes du 19ème siècle en avait pris conscience, comme Paul Janet, c'est pourquoi ils avaient redonné comme définition à philosophe "celui qui cherche", et à philosophie "la recherche du bonheur à l'aide des sciences". En fait il ne restera que l'amour et l'amitié, c'est que je propose de vous démontrer dans les prochains écrits mais là j'ai du ménage à faire et ma voiture à réparer.
Cordialement

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, mai 19, 2005

Graine de croire 1

Applications de la recherche en science.
Je n'aborderai pas la recherche de Dieu ou encore l'Art, car il me semble que d'autres l'ont déjà fait d'une manière plus pertinente.
Dans un premier temps et de manière à bien définir le domaine d'application de l'écrit qui suit, je voudrais rappeler que nous parlons de la science en général, et non pas d'une science particulière, accompagnée de sa logique particulière. En d'autres termes, je ne parle pas de la science du futur utilisant les probabilité, je ne parle pas de la science des machine utilisant le langage booléen, je ne parle pas de la science qui décrit les formes utilisant la géométrie, je ne parle pas de la science physique basée sur les mathématiques que j'ai crées, je ne parle pas d'une science particulière utilisant ses propres mathématiques, et encore moins de l'ignorance basée sur l'algèbre. Je parle de science cité par Montaigne " l'amitié se nourrit de communication " dans les essais, cette science qui permet toutes les autres sciences et même de se reconnaitre soit-même, cette science dont le premier principe fut donnée par Bossuet. Ce premier principe que nous nommons premier principe du raisonnement ou encore premier principe de communication avec soi-même. La suite à la prochiane pause.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, mai 17, 2005

Graine de croire

J'ai le sentiment que dès notre apparition, il nous apparait deux points important à l'esprit. Ces deux points constituent les droits naturels inaliénables de chaque être humain.
Le premier de ces deux points est la " recherche d'éternité ", une analyse plus fine ne reconnaitrait que celui-ci, le second point n'étant qu'une des nombreuses inductions de ce point. Mais enfant de 1789, je rappelle le second qui est la conservation de la matière ou encore le droit à la propriété créée.
En partant de ce principe, nous nous appercevons que la recherche d'éternité peut se développer sous deux formes différentes, l'une est la recherche de la connaissance et de ses application, l'autre est l'ignorance.
Bien que l'ignorance induise toutes sortes d'attitudes mal-saines comme la fuite, l'indifférence, ou encore un argument qui marginalise nommé " le mal " ; je pense que l'ignorance implique que les êtres recherchent l'éternité au travers de la matière. Ceci va se traduire par des actes inutiles, que nombreux citent comme cruautées ( attacher une casserole aux bourses d'un chien, peler un chat vivant,...fait réel) par l'enfant débutant dans cette voie. Plus tard, se développant l'être ainsi orienté va croire que pour exister il doit détruire, il doit laisser une empreinte sur la matière. Un peu de bon sens suffirait pour s'appercevoir que cette matière est bien peu de chose et quelle est en perpétuelle changement. Comment écrire sur du sable qui est en permanence remanié par les vagues ? Ainsi nous avons pu observer certains de nos présidents, des dictateurs, des hommes de toutes conditions, égarés dans l'ignorance.
Bien que l'ignorance puisse être présenté sous une forme beaucoup plus développée, je ne trouve pas de réel intérêt à en discourir, car pour construire nul besoin de détruire. De plus la recherche de la connaissance et de ses applications m'apporte tellement que je me suis empressé de parler de l'ignorence en introduction de manière à m'en débarasser.

La recherche de la connaissance :
Cette recherche peut prendre trois aspects, le premier utilise les sciences, le deuxième utilise l'art, le troisième utilise la recherche d'un absolue nommé Dieu. Nous retrouvons bien dans ces trois aspects le même but, seul le cheminement varie, parfois ils se croisent, ainsi il n'est pas rare que des personnes expriment leurs foi avec l'art (chant, peinture...), ou utilisent des sciences pour créer des oeuvres d'art, ou encore que la foi engage des hommes dans des recherches en science médicale pour sauver des vies. Ainsi nous sommes bien dans un tout lié s'élevant sans fin, puisque nous retrouvons bien la forme du tourbillon avec la foi qui pousse la science, la science qui pousse l'art, l'art qui pousse la foi.
Les causes premières étant présentées, je développerait à ma prochaine pose les lois des applications. cordialement Apj


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, mai 12, 2005

JO 2

Un jour dans une chambre allongé
D'un chalet prêter
Psyché est venue me rencontrer
Alors que c'est mon frère qui se marriait.

En terre hostile, paris pour la nommée.
A ce papillon j'ai demandé
De me dire ce qui était sacré
Est-ce la lune ? Est-ce l'épée ?

Est-ce les aromes des fleurs ?
Est-ce les sons et les voix en coeur ?
Je lui est demandé : Quelles sont nos grandeurs ?
Est-ce la pureté de nos humeurs ?

Est-ce nos élans, et nos engagements ?
Est-ce le ciel et l'infiniment ?
Dis moi ce qui nous fait vivre ?
Ce qui nous pousse ou qui nous ivre ?

Dis moi qui parle aux feuilles ?
Qui mène les vagues, qui éclaire cet oeil ?
Dis moi pourquoi le monde est grand
Ou tout petit selon les gens ?

Indique moi notre essence ?
Est-ce cette matière qui pense ?
Est-ce cette récupération
issue de la décomposition ?

Est-ce ces corps
De mes ancêtres, beaux et forts ?
Est-ce le fait d'ingurgiter
Animaux et plantes assaisonnées ?

Ou encore cette terre ?
Ou bien même cette matière
Que le soleil nous envoie,
Cette lumière qui nous rougeoit ?

Décris moi l'instant ou Dieu sépare
L'abime et le présent pour nous rendre star ?
Elle me pris entre ses bras, ses seins me serraient,
Elle était nue, et me répondit " c'est le baiser,

Le baiser est la clef, d'abord charnel,
Il s'enflamme pour nous apporter le ciel.
L'amour se construit en deux temps,
C'est un art qui mélange plus que nos sangs.

L'ame de prendre, ne sait plus que donner
Tant apporte cette communauté
Qui de l'amant cet ange
De comprendre devient archange.

Le corps badine et s'arrête
D'un niveau peu élevé, mais l'esprit prête
Ce qui ne peut être nommé,
Quelque chose qui nous mène aux sommets.

Servitude du partage, l'amour apporte
La lumière sur la couvée, de tel sorte
Qu'étoile devient le nid
Eclairant l'infini"

Un amour arrêté
Est un amour négligé.
Comme la pensée
L'amour ne sait qu'évoluer.

Si tu veux le fixer,
Cela reviens à le tuer.
L'amour se vit
Jusqu'à l'absolue, plus qu'un infini.

L'absolue est ainsi fait
Qu'il ne sait qu'avancer.
Aux pères Cathares
Qui restent des phares

L'exemple est donné
Du savoir rire, du savoir aimer
Je te pousse tu rie,
Tu tombes, je pleure et cris.



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, mai 04, 2005

Premier

J'avais dit dans un précédent post qu'il existait un droit naturel premier supérieur à celui habituellement reconnue, qui est " le droit à la propriété". J'avais fait la critique du droit à la propriété en définissant son domaine d'application et ses limites. Je vais essayer dans ce post de définir autre chose que la cause ou le comment du droit naturel premier que j'ai identifié, c'est-à-dire, de la recherche d'éternité, puisque ceci je l'ai déjà fais. Je vais parler de la communication, de sa relation avec ce droit et la mesure du temps.
Je pense qu'il existe trois moyen principaux pour communiquer. Le premier est basé sur les algorythmes du langage, ceux-ci sont particuliers à chaque culture, ce qui empèche toute compréhension claire entre les peuples et les traducteurs automatiques. Le deuxième est basé sur la gestuelle et les attouchements. Le troisième est basée sur les créations qui peuvent être éffectuée dans la matière ou dans la transmissions des idées, des concepts.
Le troisième est de toutes évidences le meilleur moyen, la création laisse une trace nous rapprochant le plus de l'éternité. Mais celle qui va avoir besoin d'un repère commun, d'une base de temps partagée est le premier. Cette base de temps sera bien sur particulière à cette science des algorythmes du langage, et bien sur ne devrait jamais être utilisée dans une autre science ( sinon à coup sur nous tombons dans l'incohérence).
De ce classement il ressort que l'acte qui nous apporte le plus est la création. En d'autre termes, d'un point de vue philosophique je pense avoir démontrer ainsi la cause première et le principe premier (moteur premier) tant rechercher par les Grecs. Pour les nommés " la recherche d'éternité qui induit la création " équivalent cause première " éternité " moteur " création "
Apj

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.