samedi, février 11, 2006

1687 saint paul


Les hommes passent et se succèdent,
Les murs inertes morts, immobiles,
observes les dogmes imposants,
et pourtant toujours changeants.
Je sais, dit l'un,
mais toujours l'autre arrive
en suivant à
dire " il a cru savoir et il est mort dans son ignorance".
Ignorance qui parfois dicte des croisades bien inutiles et meurtrières, le plus à pleindre est toujours celui qui l'impose, première victime de la folie.
Ces clous froids marque le mur des multiples variations que les hommes n'osent encore nommer le temps. Combien de pretres, ou chevalier des idées perdues, ont abandonné leur ombre au service de cette mort inutile et misérable ?
Docteurs d'aujourd'hui, prenez garde que votre ombre ne les accompagne. Posted by Picasa

Aucun commentaire: