lundi, octobre 02, 2006

Mathématique

Le sens premier du terme mathématique est l'art de modéliser le monde afin de mieux le comprendre.
Si nous analysons la structure actuelle de cette science, nous nous appercevons qu'elle possède un premier niveau de base battit sur l'arithmétique sur laquelle encore vient s'ajouter un deuxième niveau nommée l'algèbre.
Suite aux nombreuses découvertes des savants français, (Laplace, Poincaré) et à l'évolution technologique qui donne raison à leurs propositions ( Les régulateurs électroniques régulant les variations nommés PID), je pense qu'il serait proffitable de remplacer l'algèbre par les Laplaciens.
En d'autres termes, l'algèbre est un concept construit sur le néant, sur le zéro qui étudie les notions de quantité. De par cette origine la perception du monde devient compliquée et implique des calculs d'aires afin d'entrevoir les intégrations. Nous modélisons ainsi actuellement les courbes de mesures qui souvent comme nous rencontrons dans le cas de réactions enzymatiques sont impossibles à définir à l'aide de ce concept.
Quand nous utilisons le système Laplacien, nous allons écrire et percevoirt les mêmes courbes de mesures sous une autre manière. Cette manière prend naissance dans la perception des fonctions possibles pour identifier les formes de variations.
Ainsi le concept Laplacien se libère des notions de quantité dès les premiers instant et de plus défini le temps comme étant la variation elle même otant ainsi un paramètre déformant bien embétant.
En exemple en Laplacien la fonction de base qui permet d'identifier une influence de la réponse sur l'action est =
y = k ( 1-EXP(-t/jo))
Dans ce concept nous indiquopns la quantité k, mais l'important est que la forme d'intégration de première ordre est identifié, nous permetant par la même de reconnaitre un nombre sans dimession nommé jo qui caractérise la réaction.
De plus nous remarquons que l'approche mathématique Laplacienne permet de retrouver les concepts enseignés par Lavoisier en étudiant les changements d'un équilibre à l'autre.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: