lundi, décembre 24, 2007

Des probabilités

Jouons un peu avec les probabilités.
Le septième principe énoncé par Laplace nous dit :
-La probabilité d'un évènement futur est la somme des produits de la probabilité de chaque cause, tirée de l'évènement observé, par la probabilité que cette cause existant, l'évènement futur aura lieu.-
Admettons qu'une personne soit isolée de manière à ce qu'elle n'ait aucune information concernant la mort. Que le concept de mort lui soit présenté ainsi que le septième principe de Laplace. Si nous lui posons la question, quel est la plus grande probabilité, la probabilité pour qu'un enfant de dix ans voit encore le jour se lever, ou la probabilité pour qu'un homme de quatre-vingt ans voit encore le jour se lever, il répondra que c'est l'homme agé qui aura la plus grande probabilité.
la moralité en science physique est que quand nous n'analysons pas un phénomène dans son ensemble, il est très facile de se tromper même en prenant pour base les principes du siècle des lumières, car les phénomènes s'étudient toujours dans leurs globalités.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, décembre 15, 2007

Principles of the analysis in physical science.

Considering that ignorance, neglect and contempt that the physical sciences are, are the main causes of misery scientists and corruption of ideas, I have resolved to set in a solemn declaration of principles' analysis in physics, indestructible and universal human rights. Accordingly, I acknowledge and declare, in the presence of all, and under the auspices of the Enlightenment to the following principles:

First principle:

The analysis in physical science is the daughter of pure logic. In this way it will be recognized as physical science that what belongs to science, as practiced by teaching CNAM errors on the measure, as part of the sophistries science that we are given by Pierre-Simon Laplace Paul and Janet. Namely, as we explained and demonstrated by Laplace in -Essai philosophical about probabilités- that titles generate blind beliefs that are perpetuated from generation to generation and that they do zero place in physical science. Namely, as we explained and demonstrated Janet Paul in -Traité Elementary philosophie- that the sophistries that can be classified into nine types are égarements of reflection. In the example sophistry, which is to judge the credibility of an analysis in physical science by using the correct spelling. This is a fallacy because the two sciences are not linked in a manner absolute.

The second principle:

We must learn to recognize and distinguish the benefits of instinct and how to communicate ideas and concepts of the Enlightenment replace the instinct. In other words, we recognize three major historical periods in science, the first is the one presented by Aristotle, who gets lost in the bottom of ages up to Descartes. It observes the world in a way that continues but lacks the mathematical tools that will allow it to the model. The second is that which is practiced today proposed by Descartes, which perceives the world in a discontinuous manner. Although this technique based on the instinct is very powerful because it gives us the essential tools of communication, it gives us a technique that allows us to classify benchmarks. But this technique has a large defect, as does almost point allow us to model, and when the model is possible, so it is restricted to very simple case rare in the wild in physical science that it is difficult to make a real credit. The third is that which was presented by the philosophers of the Enlightenment that appears on time, when lavoisier, poincaré or many other scholars french we have a new discovery in physical science, but if I do not always recognized. The third historical period suggest that we n'analysions point physical phenomena with the help of so-called universal units, but we are studying physical phenomena according to their shapes and influences that produce them, the units are reserved for the end of the analysis so that they can communicate. In such a description of the systems are reversible and their hystérésys.

The third principle:

As part of the third period in history physical science, that of thinking, we recognize a number dimensionless appointed -jo- which is the value that gives the characteristic shape variations. In other words, I present since 1993 that each form of valve, each enzyme, each factor influencing a change, can be identified by using a dimensionless number named jo. The third principle says that we n'analysons more physical systems with an external database called universal, but we are analyzing physical systems with the help of concepts like a light scatter appointed -tau- which gives this delay particular form of s bottom of the measured curves, as the value named -jo- which represents the hallmark of the factor influencing the change, as the k-value, which represents the maximum value of the subject studied and that makes it easier to retain benefits the communication provided by Descartes. The laws made by the third period of history in science are quite different physical laws Cartesian and even incompatible, but they find their validity in the number of applications that we find in physical science named -régulation-

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Encouraging people to contribute knowledge


There are millions of people who possess useful knowledge that they would love to share, and there are billions of people who can benefit from it. Il existe des millions de personnes qui possèdent des connaissances utiles qu'ils aiment à partager, et il ya des milliards de personnes qui peuvent en bénéficier. We believe that many do not share that knowledge today simply because it is not easy enough to do that. Nous pensons que beaucoup ne partagent pas cette connaissance aujourd'hui tout simplement parce qu'il n'est pas assez facile de le faire.

The key idea behind the knol project is to highlight authors. L'idée maîtresse derrière la knol projet est de mettre en évidence les auteurs. Books have authors' names right on the cover, news articles have bylines, scientific articles always have authors -- but somehow the web evolved without a strong standard to keep authors names highlighted. Livres avoir le nom des auteurs à droite sur la couverture, des articles ont bylines, articles scientifiques ont toujours auteurs -- mais quelque peu évolué sur le Web sans un fort niveau de garder les noms des auteurs en évidence. We believe that knowing who wrote what will significantly help users make better use of web content. Nous pensons que de savoir qui a écrit ce qui va considérablement aider les utilisateurs à mieux tirer parti de contenu Web.

Anyone will be free to write. Tout le monde sera libre d'écrire. For many topics, there will likely be competing knols on the same subject. Pour de nombreux sujets, il y aura probablement des concurrents knols sur le même sujet. Competition of ideas is a good thing. La concurrence des idées est une bonne chose.

Knols will include strong community tools. Knols comprendra forte communauté outils. People will be able to submit comments, questions, edits, additional content, and so on. Les gens seront en mesure de présenter des observations, des questions, des modifications, des contenus, et ainsi de suite.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Encouraging people to contribute knowledge

Wiki a perdu ses idées fondatrices et s'est pris pour une encyclopédie en voulant imposer ses idées, ou oubliant que la richesse se trouve dans l'ouverture ou chacun puisse présenter des propositions. En d'autres mots, quand les modérateurs de wiki sont devenues des senseurs alias dictateurs de la pensée KNOL est né car la nature à horreur de tout ce qui tend vers le vide. Adieu wiki, bienvenue KNOL

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, décembre 14, 2007

Laplace & forme 5

Laplace :
-Dans les sciences purement mathématiques, les conséquences les plus éloignées participent de la certitude du principe dont elle dérivent. -
Le reconnaissez-vous point ici la définition de l'exponentielle ?
De la réaction qui influence l'action ?
Laplace décrit ici que l'analyse en science physique ne peut se faire que sous une forme exponentielle, après avoir démontré pendant plusieurs pages de son ouvrage -ESSAI PHILOSOPHIQUE SUR LES PROBABILITES- que le système cartésien était incompatible avec les sciences physiques et n'engendrait que des titres qui trompaient l'esprit.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, décembre 11, 2007

Laplace & forme 4

Laplace :
-C'est à l'influence de l'opinion de ceux que la multitude juge les plus instruits, et à qui elle a coutume de donner sa confiance sur les plus importants objets de la vie, qu'est due la propagation de ces erreurs qui, dans les temps d'ignorance, on couvert la face du monde ... Ces erreurs inculquées dès l'enfance, adoptées sans examen, et n'ayant pour base que la croyance universelle, se sont maintenues pendant très long-temps ... La différence des opinions dépend encore de la manière dont on détermine l'influence des données qui sont connues. La théorie des probabilités tient à des considérations si délicates ; qu'il n'est pas surprenant qu'avec les mêmes données, deux personnes trouvent des résultats différens, surtout dans les questions très compliquées. -
Voici comment juge Laplace ceux qui utilise le système cartésien, le système base de l'ancien régime qui ne permet point de modéliser les phénomènes en sciences physiques. Echelons universelles, n'est qu'une vue de l'esprit, quand tant l'évidence nous propose d'autres perceptions comme l'étude des influences par les formes ou encore l'étude pas les probabilités.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

dimanche, décembre 09, 2007

Pourquoi transporter un ordinateur quand un cle USB suffit

Ces derniers temps, je travaillais entre autres sur la mise au point d'une clé USB bootable à l'aide d' Ubuntu de manière à ce que quel que soit l'endroit et les logiciels rencontrés dans les déplacements, nous puissions aussi bien effectuer des transferts de données, présenter des fichiers de tous types ou encore lire des vidéos aux formats particuliers ce que bon nombre de lecteur vidéo comme window média ne sait pas faire et tout ceci sans posséder aucun droit d'administrateur.
Je viens de m'arrêter sur une solution que je présente ici.
Pour faire une clef USB bootable vous avez besoin de télécharger le
Live cd de feisty car il a plus de compatibilité que gutsy.
Puis de graver le live Cd,
puis de booter votre PC sur le live cd
Si vous n'avez qu'un disque dur votre clef USB se nommera sdb,
il suffit de de suivre la suite sinon il vous faudra corriger la lettre.
clic sur applications déplacer le curseur sur accessoires puis clic sur terminal.
Le terminal s'ouvre, dans la fenêtre tapez :
umount /dev/sdb1 (tapez sur entée)
fdisk /dev/sdb (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
d (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
d (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
d (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
n (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
1 (tapez sur entée)
(puis encore un fois tapez sur entée)
+750M (tapez sur entée)
a
(tapez sur entée)
1 (tapez sur entée)
t (tapez sur entée)
6 (tapez sur entée)
n (tapez sur entée)
p (tapez sur entée)
2 (tapez sur entée)
(puis encore un fois tapez sur entée)
(puis encore un fois tapez sur entée)
w
(tapez sur entée)
umount /dev/sdb1 (tapez sur entée)
mkfs.vfat -F 16 -n ubuntu704 /dev/sdb1 (tapez sur entée)
umount /dev/sdb2 (tapez sur entée)
mkfs.ext2 -b 4096 -L casper-rw /dev/sdb2 (tapez sur entée)
Débrancher votre clef puis rebrancher la.
recommencez à écrire dans la fenêtre :
sudo apt-get install syslinux mtools (tapez sur entée)
syslinux -sf /dev/sdb1 (tapez sur entée)
cd /cdrom
(tapez sur entée)
cp -rf casper disctree dists install pics pool preseed .disk isolinux/* md5sum.txt README.diskdefines ubuntu.ico casper/vmlinuz /media/ubuntu704/ (tapez sur entée)
télécharger ce fichier
clic droit de la sourie sur le document téléchargé et clic sur ouvrir à l'aide du gestionnaire d'archive. Puis demander l'extraction sur la clef qui apparaitra au nom de ubuntu 7.04
puis retourner dans la fenêtre et tapez :
sudo apt-get install lilo (tapez sur entée)
lilo -M /dev/sdb (tapez sur entée)

votre clé est OK pour booter et lire tous vos documents en ajoutant sur votre clé les pilotes necessaires.

Pour ceux qui manient l'anglais voici le lien du tuto original.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, décembre 07, 2007

Laplace & forme 3

-La vîtesse de la lumière, déterminée par les éclipses des satellites de jupiter, se compose avec celle de la terre, exactement comme dans la loi de la proportionnalité de la force à la vîtesse, ... Voilà donc deux loix du mouvement, savoir, la loi d' inertie et celle de la force proportionnelle à la vîtesse-
Descartes en ces termes analyse et décrit les phénomènes physiques, utilise-t-il la seconde, le jour, une unité dite universelle pour décrire l'observation ? Non point, il analyse une globalité ou nous présentant les deux principaux facteur qui vont donner la forme de la variation, Laplace n'utilisera les unitités dites universelles qu'en fin d'analyse de manière à indiquer les limites, de manière à avoir une convention reconnue pour pouvoir communiquer. L'unité universelle de Descarte est une convention qui sert à communiquer, la perception des facteurs qui donnent la forme du mouvement est la seule technique qui permet d'analyser.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, décembre 06, 2007

Laplace & forme 2

De l'inventaire en science physique, nous rencontrons deux logiques pures incompatibles. Celle du maitre de la pensée moderne d'aujourd'hui Descartes qui construit toutes ses analyses sur des échelons dit universelles, et celle de Laplace qui perçoit le monde sous une forme continue, et analyse les formes des variations par le biais des évènements qui les provoquent.
Si la proposition à Descartes ne nous permet pas de modéliser la plupart des phénomènes observés dès que plusieurs facteurs influencent une variation ou bien même dès que la réaction influence l'action, par contre nous rencontrons des modélisations de ces phénomènes à l'aide des propositions de Laplace dans de nombreux dossiers construit sur les sciences physiques.
Ainsi j'ai pu observé qu'au CNAM, plusieurs méthodes d'analyses proposées dans plusieurs branches des sciences physiques étaient issues d'une logique pure Laplacienne, reniant ainsi Descartes car seule la forme des variations permettait de modéliser. J'ai encore rencontré cette particularité dans l'enseignement en régulation prodigué par le CNED. J'ai encore rencontré cette particularité dans les études sur les courbes des fluides réalisées par les ingénieurs des mines en début de XXème siècle pour réaliser le Canal du Rhone à Sète, j'ai encore rencontré cette particularité dans l'enseignement particulier que m'a prodigué un groupe d'ingénieur des plus grandes écoles françaises qui se déclaraient tous cartésiens mais qui m'ont enseigné bien autre chose, puisque toutes leurs constructions d'analyses étaient sur les formes des courbes, donc Laplacienne et remettaient en cause Descartes. En d'autres termes, se déclarer cartésien ne veut plus dire être cartésien, mais veut dire être dans le moule, être intégré à une société qui nous accueille et qui nous nourrie, mais dans l'application c'est Laplace qui nous éclaire et nous permet de modéliser.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Laplace & forme 1

Toujours Laplace :
-L' effet d' une force agissante sur un point matériel, est de le mettre en mouvement, si rien ne s' y oppose. La direction de la force, est la droite qu' elle tend à lui faire décrire. Il est visible que si deux forces agissent dans le même sens, elles s' ajoutent l' une à l' autre ; et que si elles agissent en sens contraire, le point ne se meut qu' en vertu de leur différence, en sorte qu' il resteroit en repos, si elles étoient égales. Si les directions des deux forces font entre elles, un angle quelconque ; leur résultante prendra une direction moyenne, et l' on démontre par la seule géométrie-
Il décris une première fois en ces termes que c'est la géométrie qui importe, que c'est la forme des courbes et les lois qui induisent ces formes particulières qui importent. Il ne reconnait pas ici la notion d'échelons construits sur une base d'échelons universelles, il analyse à l'aide de la forme du mouvement et des raisons qui l'ont produit. Nous ne sommes plus du tout dans un univers cartésien, nous sommes de retour dans un développement d'univers proposé par Monsieur stot Hari qu'avait si violemment rejeté Descartes. Les échelons universelles ne sont utilisés par Laplace seulement et seulement pour communiquer en décrivant les limites des systèmes étudiés. De la même manière que nous le faisons aujourd'hui en science physique quand nous analysons la décharge d'une capacité électrique au travers d'une résistance.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, décembre 05, 2007

Laplace

Laplace déclare dans son livre :
-des loix du mouvement.
au milieu de l' infinie variété des phénomènes qui se succèdent continuellement sur la terre-
Ici c'est le sens du terme succèdent qui nous indique l'approche continue des évènements, un peu plus loin il écrit :
-un corps nous paroît être en mouvement, lorsqu' il change de situation par rapport à un systême de corps que nous jugeons en repos-
Il introduit ici ce que développera Poincaré et qui fut copié par Einstein sous le nom de "la relativité" sans toutes fois en comprendre que cette proposition était issue d'un système continue qui remettait en cause (Descartes), qui remettait en cause la perception du monde au travers de grandeurs universelles, que celles-ci n'étaient utiliser que comme repères aux extrémités de la forme des mouvements perçut comme continues.
Aristote proposa un regroupement des propositions en son temps, il fut le maitre à penser en science physique jusqu'à Descartes, puis Descartes devint le maitre de la pensé moderne en science physique jusqu'à aujourd'hui. Cependant Laplace par sa proposition démontre que des deux, nous n'avons point choisit le bon, bien qu'une des branches des sciences physiques modernes nommée régulation utilise la modélisation par l'étude des formes des courbes en percevant le monde sous sa forme continue, ceci reste une démonstration par l'effet, et c'est la démonstration par la cause de Laplace qui donne la raison d'analyser les sciences physiques à l'aide de fonctions primaires comme :
-le nombre de facteurs influençant une variation
-le facteur de diffusion nommé retard "tau"
-le retour unitaire
-la valeur maximale de l'objet étudié, qui nous permet de nous séparer de la notion de dimension.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

lundi, décembre 03, 2007

Descartes VS Laplace

Bien que le principal maitre de la pensée moderne en science physique soit Descartes, nous pouvons observer qu'une autre forme de pensée logique se perpétue depuis Laplace. Cette approche contradictoire se retrouve chez Lavoisier, et trouve son apogée fin du XXème siècle dans une science qui se nomme régulation.
Descartes construit son système sur l'idée qu'il puisse exister des unités universelles qui servent de repère à l'analyse de toutes choses, et de cette idée il tire toutes ses lois de constructions logiques.
De ceci Descartes prend ses unités universelles comme maitre étalon, construit toute sa perception à travers ses diverses lois d'associations issues de cette idée. Cette proposition à cependant l'inconvénient de ne pas pouvoir modéliser les phénomènes physiques, et ceci est d'autant plus gênant que c'est la raison d'être d'exister de la modélisation.

Laplace construit sa proposition sur l'idée que chaque chose est analysable par rapport à elle-même et de ceci développe ses lois de construction.
Ainsi Laplace décrit les variations par la valeur issue de l'étude de la forme des courbe, facteur de la valeur maximale de la variation. Comme en science physique la réaction influence l'action, ce qui se nomme le retour unitaire, et se modélise par la forme ( 1-exp(-t/jo) ) avec t représentant le temps, et jo la caractéristique du facteur créant la variation , nous pouvons écrire que
y = k ( 1 - exp (-t/jo) )
avec y représentant la valeur étudiée
avec k représentant la valeur maximale
avec jo la valeur caractéristique de la variation qui se retrouve à 63% de celle-ci quand un seul facteur intervient

La reconnaissance de ces deux grands maitres de la pensée moderne en science physique dépend de trois facteurs.
Le premier de ces facteurs est l'oublie. L'oublie de ce que les sciences physiques sont. Cet oublie a permis à la pensée de Descartes de devenir prédominante, car si non comment imaginer qu'un objet soit supérieur à la raison de sa création, comment imaginer une méthode universelle issue d'un homme qui ne l'est point, issue d'une perception en perpétuelle évolution ?
Le deuxième de ces facteurs est le reniement du siècle des lumière, car c'est à cette époque que nous trouvons l'apogée des études des erreurs sur la mesure, c'est à cette époque que se développe l'étude des sophismes, c'est à cette époque qu'il est démontré que le système proposé par Descartes est un sophisme. Mais comment dénoncer un système quand les outils de l'époque n'avait point les moyens de développer Laplace ? Comment se séparer de ce mauvais outil, quand aucun autre n'était encore prèt à le remplacer ? Même si aujourd'hui à l'aide des évolutions en cette branche de la science physique que nous nommons régulation, nous pouvons modéliser à l'aide des proposition de Laplace, il ne faut pas oublier que ce fait est encore relativement récent.
Le troisième de ces facteurs provient du fait qu'une vérité n'est valable que si celle-ci est partagée, or en ce début de XXème siècle 80% de la population était encore paysanne, une population réglée au rythme cyclique du soleil, une population qui se satisfaisait très bien d'un système prenant comme repère une unité dite universelle. Or depuis que nous sommes dans cette société de communications interactive depuis la naissance de la toile, que notre société n'est plus composée que de 2% de paysans, comme a su si bien le décrire les excellentes études de nos frères allemand, le rythme de la vie obéit aux lois de la réaction qui influence l'action, et donc de fait les allemand gèrent leurs temps à l'aide de bases exponentielles. Ce fait rend à Laplace l'hommage d'utiliser sa perception dans les plus grandes entreprises allemandes, mais bien plus que cela, les allemand introduisent dans leurs réflexions un modèle bien différent de celui proposé par Descartes.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, novembre 24, 2007

Ordinosaure

Si vous possédez un ACER superS, c'est un céleron PIII 800MHz, il est possible d'obtenir les dernières fonctionnalités de la toile mais pour cela, il y a quelques petites manip à faire. Voici comment.
Cet ordinateur est livré d'origine avec un windows 98 et 126 de RAM, le problème lors du passage à XP, c'est qu'il devient une patience tellement c'est long.
La première chose à faire est de télécharger GPARTED, de créer un live CD de GPARTED, puis de lancer GPARTED sur le PC.
- Une fois Gparted lancé, il faut récupérer tout l'espace libre sur le disque dure en redimensionnant la partition à l'aide de GPARTED.
Puis il faut créer une archive en targz avec toutes les données se trouvant encore sur le disque. Cet acte permet de tout sauvegarder et de déplacer à volonté (OS, drivers et données).
Une fois ceci fait, de manière à bien profiter de toutes les nouveautés de la toile, il vaut mieux ajouter une barette SDRAM de 256.
Puisque windows payant ne permet pas le fonctionnement normal du PC, utilisons ubuntu gratuit qui permet de la faire, en d'autres mots d'avoir un PC qui fonctionne comme ceux des dernières générations sur vista ou XP.
Actuellement le dernier ubuntu 7.10 ne s'installera pas car je pense que le live CD n'a plus les pilotes des anciennes machines (question d'espace sur le CD live sans doute), si la version LTS (long time support) s'installe très bien, Dapper ne possède toutes fois pas à l'install les derniers paquets pour le XdivX, ainsi je conseil de télécharger ubuntu 7.04 et d'installer cette version sur l'espace libre du disque dure de 20Go. Prévoir toutes fois pour le moment de l'installation, jusqu'à la mise à jour, une sourie port USB, car la sourie d'origine port PS2, ne serra pas reconnue avant la première mise à jour.
Une fois ceci fait, vous disposerez d'un ordinausore ayant gardé toutes vos données et logiciels compatibles seulement sous win98 ainsi que vous aurez acquis la possibilité de surfer et de visionner les vidéo comme sur un PC moderne, sans avoir à craindre les spy et virus, de plus un simple petit encodage automatique vous permet de transmettre vos données sans que personne puisse venir fouiller votre sac à main, même pas votre hébergeur comme le projet de loi le promet. Le système permet de défendre nos libertés, en nous permettant de discuter en paix sans que des intrus se mèlent de nos conversations privées.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, novembre 23, 2007

Une expertise

y = k ( 1-epx (-t/jo) )
une expertise de la technique proposée,
déjà rien que l'écriture de la formule
nous indique la valeur maximale de l'objet étudié,
nous indique le nombre de facteurs,
nous indique la forme de la variation (stable ou instable)
nous indique si un effet retard significatif est observé.
En d'autres termes, en un seul coup d'œil,
nous possédons toutes les caractéristiques de la variation,
pensez-vous vraiment que l'outil cartésien puisse apporter cela ?
Une chose impossible à écrire dans les applications cartésienne,
se représente en une seule ligne et nous donne toutes les infos
importantes,
comment refuser la technique sous prétexte que certains présentent des
titres ?
En d'autres mots le fait d'utiliser les applications issues de la
logique pure, la logique développée sur les propositions de Laplace,
nous présentons :
Etat ( passé, présent ou futur ) = k (la valeur maximale de la
variable étudiée) x X (la réaction sur l'action par rapport à elle-
même en utilisant le concept retard tau et les caractéristiques
identifiantes jo)
Les lois de la modélisation, des mathématiques de cette approche sont
bien différentes et incompatibles avec les propositions des
applications cartésiennes. Nous rencontrons en ces termes l'analyse de
nos outils logique comme nous pouvons le faire avec les images que
nous remet notre perception.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, novembre 14, 2007

iriverter

iriverter
Que l'on soit sous edubuntu ou sous linux iriverter est la meilleur solution pour réduire la taille de vos fichiers vidéo du moment.
Pour choisir la qualité de l'image, il faut toute fois se rendre dans les options et choisir son format.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, novembre 13, 2007

USBuntu

Et voici et voilou
USBuntu
Quelques petites vidéo à transporter, à transférer ?
Et hop un petit coup d'iriverter pour alléger le fichier,
puis le tout se transporte partout à l'aide d'une simple clef ou disque dure rendue bootable par USBuntu.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, novembre 02, 2007

P'tite loi mathématique

Nous pourrions aborder du haut d'une certitudes les " GRANDES " lois mathématiques, mais ce serait placer l'homme esclave de son outil.
En travaillant sur la logique pure et en utilisant la méthode expérimentale, nous nous apercevons qu'en brisant le fluide constant, sortant d'un robinet, par la même l'aval modifie l'amont. Le futur devient, en ces termes purement physique, la loi des mouvements. Cet intégration mathématique constante se représente par l'exponentiel. En d'autres termes, de la logique pure, la logique appliquée en est déduit, et même si le principal père de la pensée scientifique moderne -Descartes- préconise l'utilisation d'un modèle à échelons constant dans sa logique appliquée, nous pouvons le remettre en cause pour utiliser une base construite sur y = k ( 1-exp(-t/jo)).


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, octobre 27, 2007

transfert de documents sur disque dure externe

Si vous avez l'habitude du transfert de documents sur disque dure externe, vous avez déjà du remarquer que les fabricants de disques dures externes marient leurs disques avec des systèmes d'exploitations.
Cet aspect qui peut sembler être un service conduit assez souvent à un abandon de nos possibilités, voir même comme j'ai pu le rencontrer à la disparition de fichiers ou répertoirs.
La solution que je propose est de créer son propre système à l'achat du disque et d'effacer ces soit disantes protections qui ne font qu'accorder des droits à des inconnus à notre encontre, à l'encontre du matériel que nous avons payé.
La solution que j'ai trouvé est d'en un premier temps de créer un live CD sur edubuntu.
De démarrer le live CD sur un ordinateur,
de brancher le disque dure exerne,
de démonter le disque dure externe à l'aide d'un clique droit de sourrie,
d'ouvrir gparted pour se faire, il faut ouvrir un terminal et tapper :
sudo gparted
puis de tout effacer,
puis de créer une petite partition en etx3, et une en swap
puis de créer avec tout le reste, une partition universelle genre fat32,
fermer gparted,
double cliquer sur l'installation de edubuntu,
au moment de l'installation du partitionnement choisir le partitionnement manuel et installer le tout sur la partition etx3 du disque dure externe sans oublier d'indiquer le point de montage sur le disque dure externe genre sdb/
finir l'install
et le tour est joué.
Attention toute fois windows n'arrive pas à dérer les fichiers de grandes tailles de plusieurs giga mais cela ne représente pas un problème car il suffit dans ce cas de bouter sur le disque dure externe et d'utiliser son propre OS embarqué.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

de kubuntu à Edubuntu

Comment passer de kubuntu à Edubuntu en ligne de commande sous gutsy.

ouvrir une fenêtre terminale et taper ou copier/coller :
sudo apt-get install edubuntu-desktop
changer vos sources list sur le site : http://www.sourceslist.org/index/list
puis ouvrir une fenêtre terminale et taper ou copier/coller :
sudo apt-get remove `apt-cache depends kubuntu-desktop | cut -d : -f 2 | grep kde`
sudo apt-get remove `dpkg -l | grep kde | cut -d \ -f 3`
et au redémarrage vous serez sous edubuntu.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

lundi, octobre 22, 2007

logique pure vs logique appliquée

Nous pouvons aborder le sujet sous différentes formes, mais quelque soit le chemin, nous arrivons toujours à la même conclusion. La logique appliquée est éphémère tandis que la logique pure est éternelle.
Prenons le cas de Descartes, un des pères de la pensée moderne. Nous pouvons dire que quand il dit :
-j'ai une claire et distincte idée de moi-même, en tant que je suis seulement une chose qui pense, et non étendue ; et, d'un autre, j'ai une idée distincte du corps, en tant qu'il est une chose étendue et qu'il ne pense point.-
Il utilise la logique pure. Mais malheureusement quand celui-ci énonce les bases d'une échelle extérieure construite sur des échelons constants, il propose de la logique appliquée. Bien que lui-même sache que cette logique appliquée ne peut être une base pour des développements futures, il ne nous a pas assez mis en garde sur ce sujet et a permis par la même le sophisme qui a conduit les générations futures a prendre cette base érronée.
De développer ce fait ne servirait à rien si nous n'avions pas de nouveaux outils induits par la logique pure. Or depuis la naissance de l'informatique qui permet de se détacher de l'aspect mise en mémoire, nous pouvons associer un grand nombre d'informations ; ainsi débarrassé d'une tache ingrate, conditionnante, nous pouvons à nouveau nous concentrer sur la logique pure pour déduire que la logique appliquée du moment utilise une base laplacienne.
Une base construite sur les expo qui permet des calculs d'intégrations pratiquement sans limite, une base construite sur l'idée que la réaction influence l'action, une base qui reflète la réalité des observations, la réalité de la logioque pure, la réalité que le monde n'est pas manichéen, mais bien en relation avec lui-même.
Les sciences sont nées avec la logique pure et elles ne grandissent qu'avec la logique pure, vouloir se fixer sur une logique appliquée particulière n'est qu'un dogme vendant le titre et la croyance.
Ce matin un physicien m'indiquait les mesure thermiques qu'il avait mesuré dans son logement et il ne comprenait pas pourquoi elles n'étaient pas identiques dans toutes les pièces.
Je lui ai fait remarqué qu'il utilisait une logique appliquée, et que la était l'erreur de raisonnement.
En d'autres mots, je lui ai indiqué qu'il ne devait point douter de son outil de mesure, mais plutot de sa raison. Car en premier l'air se stratifie d'une manière naturelle, ainsi selon la hauteur ou est placé l'instrument de mesure, il est normal qu'il obtienne différentes valeurs, mais ceci n'était qu'une mise en bouche, car ensuite je lui ai expliqué les trois modes de diffusion de l'énergie, en lui expliquant que ce genre de cas ne peut s'étudier que dans la globalité et non point dans le particulier, ainsi il fallait étudier l'équilibre thermique entre les murs et que c'était en fonction de la position par rapport à cet équilibre que les valeurs variaient. En tenant compte qu'un mur au nord n'est pas la même chose qu'une baie vitrée plein sud. Ensuite je lui ai indiqué comment uriliser les Laplacien car avec le système cartésien il est impossible de modéliser ce genre de cas.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, octobre 20, 2007

fitness

Fitness assisté par ordinateur, le top. Il faut bien sure un peu s'habituer à la balance, mais pour le reste c'est super.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

education

Si l'éducation en ce début de siècle représentait l'art d'obéir, il fallait bien ça pour nourrir le travaille à la chaine de nos usines, l'éducation aujourd'hui est l'art de laisser imaginer de manière à induire less créateurs de notre société de demain.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, octobre 19, 2007

Quelques petites nouvelles des techniques.

Klite mega codec à télécharger sur clubic permet de se détacher de real
VLC associé à klite installé sur windows permet la lecture en VOD des documents placés dans samba (edubuntu gutsy 7.10 pour moi).
Les textes sont présentés en htm, open office le fait facilement.
Picassa permet de créer des vidéos qu'il vaut mieux encoder dans un format plus léger.
Audacity reste le meilleur il permet d'importer et d'exporter la plupart des formats audio tout en gardant sa simplicité intuitive.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, octobre 16, 2007

L'art et la manière

Comment construire sur un des maitres de la pensée moderne quand celui-ci reconnait lui-même qu'il l'a développée que faute de mieux ?
Comment continuer à baser notre logique sur des échelons extérieurs constant quand toutes les mesures nous indiquent que la réaction influence l'action ?
Comment continuer à ignorer les bases énoncées par Laplace et largement développées par l'informatique ?
Combien de mots avait Descartes à sa disposition ?
Combien de mots disposons nous ?
Qui est de nous ou de lui apte à énoncer les bases de la pensée moderne ?
Qui est là pour réciter des anciennes informations -croyances- qui seront de toutes manières inférieures au données d'un ordinateur, et qui est là pour nous aider à construire notre pensée en nous laissant libre de notre jugement ?

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, octobre 11, 2007

la et maintenant

Quelques mots,
comme une bouteille à la mer,
quelques mots,
comme une déclaration,
Quelques soient les calmes et les tempètes,
Quelques soient les tornades et les vents,
je voulais juste dire que je suis la.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, octobre 10, 2007

Descartes est un manichéen

Descartes est un des plus grands symboles de base qui sert aux concept sur lesquels les sciences d'aujourd'hui s'appuient.
Mais voila Descartes est un manichéen, qui refuse le doute et qui par la même a induit l'outil logique des raisonnements scientifiques dans les sophismes.
Voyons la démonstration de cette affirmation.
Quand Descartes a construit son concept d'outil mathématique extérieur construit sur des échelons unitaire, il s'est basé sur cette déclaration :
- 1° que je demande une chose impossible en voulant qu'on quitte toute sorte de préjugés ;
2° qu'en pensant les quitter on se revet d'autres préjugés qui sont plus préjudiciables ;
3° et que la méthode de douter de tout, que j'ai proposée, ne peut servir à prouver aucune vérité.-

Voici les déclarations de Descartes, la première est un sophisme typique car il prouve un fait à l'aide d'un autre qui en est indépendant. Le fait que nous ne puissions pas être totalement indépendant de notre condition humaine, n'est pas suffisant pour que nous ne cherchions pas à nous libérer de nos dogmes et de nos préjugés. La deuxième est un refus d'inventaire, or comme l'a dit Claude Bernard, le jugement est meilleur quand nous disposons du maximum d'informations du moment. Et la troisième déclaration est encore un sophisme remarquable car il déclare que puisque l'idéal est impossible à atteindre, inutile dans chercher un, et nous n'avons qu'à prendre mon modèle simplifié sans chercher à l'améliorer. Il se déclarait base de la logique de toutes chose tout en sachant que sa base était érronée. La différence entre lui et bien d'autres, c'est que lui était imparfait, il le savait et avait abandonné l'idée de s'améliorer, tandis que d'autres construisent sur cette base sous prétexte de s'améliorer sans savoir qu'elle n'est pas conçu pour ça, mais juste pour rassurer un particulier par le passé.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, octobre 09, 2007

Oups attention Descartes et autres sophismes modernes

-Et bien que je conçusse que la pesanteur est répandue par tout le corps qui est pesant, je lui attribuais pas néanmoins la même sorte d'étendue qui constitue la nature du corps, car cette étendue est telle qu'elle exclut toute pénétrabilité des parties ; et je pensais ...que toute cette pesanteur pouvait être contenue sous un point mathématique- Descartes
Et encore de reprendre l'idée, et encore de la développer sous les différents exemples encore enseignés comme le centre de gravité qui exprime une force en un point comme attachée avec une ficelle.
Est-ce réel ? ou ne trouvons nous pas une étrange idée pour modéliser, une idée qui ne sert qu'à valoriser l'utilisation d'une échelle extérieur pour la mesure ? Je vous laisse juge de savoir si une poussée identique sur la chair avec une feuille de papier donne la même chose qu'avec une aiguille. Une point centre de gravité, c'est ubuesque comme raisonnement. Mais Descartes avait un système à prouver contre Platon.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, octobre 06, 2007

De temps en temps

Quelques mercredi soirs nous pouvions voir,
en notre ville de montpellier, un homme à l'accent guttural,
vendre sa croyance en détruisant celle d'autrui.
Perché en haut d'un titre, il se voulait le digne représentant,
de tout ce qu'il s'imagine être scientifique.
Toutes objections étaient chassées à l'aide d'un rythme construit
sur quelques boutades qui arrivaient souvent à être grivoise.
Ce désespoir chassait ainsi l'argument de la bonne soeur,
l'argument de l'association du coeur, l'argument de tous expression de la vie.
Comme un badaud priant la visse, ou encore le clou, le personnage
avait construit toutes ses idées sur ce qu'il pensait être l'harmonie
d'un monde idéal ou la visse avait des échelons constant parfais.
Mais si l'un, dans l'assistance, lui faisait remarquer qu"un système, à la visse
à échelons variant, avait de bien meilleures propriétés ou qu'encore que les systèmes
à la Descartes n'étaient pas les bons outils pour représenter la réalité, l'homme sortait de son verbe, de sa plus grande intonation la vérité d'un cas particulier pour l'appliquer à la généralité.
Se croyant grand, il n'était que le grand prêtre du sophisme, se croyant salvateur, il n'est encore aujourd'hui qu'un des malheurs que peut rencontrer une vie.
La richesse d'un café philosophique se trouve dans les caractères humains, mais en semaine l'homme normal n'en garde qu'un souvenir lointain.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, septembre 25, 2007

Echelle

Echelle droite ou échelle de travers,
échelle tombée ou échelle de la pensée.
Descartes est le symbole des échelons,
un des maitres de la pensée moderne,
mais pouvons nous vraiment continuer
à mesurer la vie à l'aide d'un concept erroné ?
Toutes les variations, que ce soit celles de l'enfant,
que ce soit celles des évènements, nous indiquent
que la réaction influence l'action. Le regard sur
soi-même, s'écrit mathématiquement en exponentielle,
toutes les formes du temps s'écrivent sous la forme exponentielle.
Pourquoi continuer à utiliser une base extérieure comme
si le temps créait les actions, alors que ce sont les actions
qui créent le temps.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

dimanche, septembre 23, 2007

Descartes

Descartes a vu les cours et les armées, il a étudié les hommes de toutes les conditions et dans toutes les classes de la société ; mais nulle part il n’a songé à nous apprendre ce qu’il avait retiré de ce commerce et ce qu’il pensait des mœurs des courtisans ou des militaires, des bourgeois, du peuple ou des grands, des titres de toutes sortes. Malgré son goût avoué pour les cours et les armés, on se méprendrait gravement, si l’on voyait dans Descartes un courtisant ou un soldat. Non, c’est un curieux, un amateur, un contemplateur. Jamais on ne le vit solliciter aucune faveur d’aucun prince, ni même entretenir des relations intimes avec aucun. Il méditait tout seul dans les bivouac, tout prêt du reste à se battre quand il le fallait, car il avait l’épée prompte et le cœur ferme, mais plutôt encore par curiosité d’amateur que par amour pour le métier.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, septembre 20, 2007

Le temps n'existe pas par lui-même

L'amitié est le meilleur bâtisseur de temps, parfois doux, parfois turbulent. Le sentiment crée et crée encore ces moments ou l'homme semble toucher l'éternité de son doigt.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

lundi, septembre 10, 2007

D'un autre coté de la tribune de quatrevingt-treize

D'un autre coté de la tribune, dans un cadre de bois noir, était appliquée au mur une pancarte de neuf pieds de haut, portant sur deux pages séparées par une sorte de sceptre la Déclaration des droits de l'homme ; de l'autre coté il y avait une place vide qui plus tard fut occupée par un cadre pareil contenant la Constitution fr l'an II, dont les deux pages étaient séparées par un glaive.Au dessus de la tribune, au-dessus de la tête de l'orateur, frissonnaient, sortant d'une profonde loge à deux compartiments pleine de peuple, trois immenses drapeaux tricolores, presque horizontaux, appuyés à un autel sur lequel on lisait ce mot : LA LOI.
Et Descartes dans sa méditation quatrième parlait DU VRAI ET DU FAUX, qu'il nous dit :
Je me suis tellement accoutumé ces jours passés à détacher mon esprit des sens, et j'ai si exactement remarqué qu'il y a fort peu de choses que l'on connaisse avec certitude touchant les choses corporelles, qu'il y en a beaucoup plus qui nous sont connues touchant l'esprit humain... l'expérience me fait reconnaitre que je suis néanmoins sujet à une infinités d'erreurs.
D'un autre coté de la tribune aujourd'hui, la loge est vide et celui qui doutait, celui qui s'était aperçu que sa proposition oubliait l'influence de la réaction sur l'action, est devenue LA LOI.
Le moins cartésien au sens du terme d'aujourd'hui est DESCARTES lui-même, comme la loge salvatrice a été vidée de ses occupant, l'esprit de la raison a été vidé de la réflexion.



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, septembre 08, 2007

Vous avez dit physicien ?

Est-ce que le physicien est un singe qui étudie la physique ?
Qui imite et recopie des techniques antiques, sans se demander si plusieurs outils ne peuvent avoir le même effet, et encore moins sans chercher à analyser les outils de manière à définir leurs qualités, leurs caractéristiques ?
Est-ce que le physicien est un homme qui étudie la physique ?
Qui apprend en premier à utiliser ses caractères d'hommes, ses sens et la logique qui trouve sa limite dans les sophismes ?
Est-ce que le mathématicien est un singe qui reprend les anciens modèles qui imite l'empirisme d'un monde cartésien construit sur un sophisme de cercle vicieux ?
Est-ce que le mathématicien est un homme qui modélise et qui sait créer et reconnaitre de nouvelles lois d'association ?
Est-ce que l'enseignement conditionne à l'abandon de soi, à l'imposition de croyances, à la soumission et l'esclavage ?
Est-ce que l'enseignement éveille en apprenant à apprendre à apprendre, en laissant chacun se développer à sa convenance ?
Je suis né sur la planète des singes, mais tout va bien, car sans Dieu, j'en suis un aussi.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, septembre 04, 2007

Nom elvish

Dinendal celebrindal ou lenwê celebrindal
Et hop, un petit coup de name elvish generator suffit.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, août 30, 2007

C'est par là, la sortie ?

Sophismes en science mènent à l'empirisme
sophismes à profusion règle ici le prisme.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

dimanche, août 26, 2007

sans la bouche

oups !
Comment parler ?
Plus que les mots même mon sourire a du attendre pour pouvoir s'exprimer.



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, août 07, 2007

L'Ardoise

Surprise à Carnon un nouveau resto est né et le hazard m'y a poussé.
L'ardoize, juste à coté du ECCO bien sympa, les batiments devant la plage.
Principe de l'Ardoise que des aliments frais et le menu à 7,50 euros, aujourd'hui pour nous cétait une belle Dorade et quelques cotes d'agneaux.










Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

lundi, août 06, 2007

Sources ou êtes-vous ?

Si louvoyer nous permet de remonter les sources, c'est que le conditionnement sur lequel se construit l'esprit a la force d'un courant puissant. Je me souviens encore de ces sons volant à la
Sorbonne qui résonnent encore au CNAM, et qui pour la plupart sont visiblement oubliés. Ces sons qui caractérisent l'esprit Gasconne, chant d'un esprit Français, même Descartes en était imprégné même si les badauds l'ont oublié. Nous entendions " Ne faut-il pas laisser à chacun le soin de se faire sa méthode à soi-même ? C'est ce qu'ont fait les grands génies ;ils doivent leurs découvertes à leurs méthodes- A.P.J 1881", ainsi Descartes à la lame meurtrière chassait ses amis voulant construire une proposition digne de lui. Mais voila qu'il vit son dogme remplacer un autre dogme, mais ce n'est point pour cela qu'il s'était battu ainsi. Que la réflexion soit nommée boucle de réaction par mes colistier sur ce forum en 1650 Laplace ne l'avait pas encore écrit, Descartes était sur le chemin du vrai en son temps et dans l'espoir d'être enseigné dans les universités il avait oublié de définir la limite de l'esprit français de manière à ce que ses propositions puissent évoluer. Mais voila ses espoirs furent vain et non content de son échec ses propositions se transformèrent en dogme quand enfin elles atteignirent l'enseignement. Comme tous en ce beau pays, il défendait la réflexion, et ainsi il intégrait la boucle dans son raisonnement, prenons un exemple pour la route qui du cheval par la voiture fut remplacé aujourd'hui, d'une manière innée l'esprit humain intègre la boucle qui par seul le CNAM est encore défendue en ces temps. Il intègre la boucle car avant l'action de traverser le piéton intègre le fait que la route soit une autoroute allemande aux véhicules roulant à plus de 200, ou une piste cyclable bien dégagée à la vue, et selon le cas l'action sera décidée et prévue. Le système cartésien est obsolète et inutile à la raison, Laplace et sa réflexion est la seule base cohérente de modélisation pour se genre d'action, pour l'esprit humain. Dans l'attitude de Descartes trouvez bien plus que des mots, trouvez l'insatisfaction de celui qui attend un échange avec ses contemporains, mais pour échanger il faut être deux et si je donne, je cherche une personne pouvant réfléchir le don. Descartes reprend sa lame, et se cache en de nombreuses maisons, des ouvertures faites en sciences, tant de mal et de temps, il ne reste rien que la déformation d'une prière se croyant mathématique alors que la modélisation non cherchée sera offerte par Laplace. Comment se fait-il qu'un nombre sans dimension apparaisse dans les boucles caractéristique du phénomène de la variation ? comment se fait-il que plusieurs formes de boucles particulières apparaissent ? nul ne l'enseigne, trop fière de se croire enfant cartésien. Ici je le déclare, vous n'êtes que badaud, car en science l'homme ou le génie crée les outils dont il a besoin, et quand une déformation de descartes et une forme du temps ubuesque est pris en référence, les sciences n'existent plus. Croyants, croyantes reconnaissez-vous ici, mais n'oubliez pas que vous n'êtes qu'injures au Dieu qui vous a fait naître, car vous lui opposez un bien étrange concurrent.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, juillet 31, 2007

C'est mathématique

Travailler plus permet d'oublier sa condition.
Combien d'ouvriers sont envoyés dans la nature à l'aide d'une clef de douze pour dévisser l'écrou de vingt ? Une heure, une journée, un mois, une vie, ne voici pas la même chose, si ce n'est le fait qu'il n'aura pas eu le temps de penser, pas eu le temps d'exister.
Travailler plus, pour gagner plus, pour cela il suffit d'oublier ce que veut dire gagner.
Gagner des amis ?
Gagner des enfants ?
Gagner une reconnaissance éternelle ?
Gagner l'oublie ?
Gagner pour gagner Dieu sait quoi ?
Gagner au loto ?
Gagner des idées ?
Gagner le droit d'imposer à autrui ?
Gagner le droit de partager l'instant ?
Gagner le droit de prier ?
Gagner le droit de croire que l'outil est supérieur à l'homme ?
Mon Dieu, si c'est ça gagner, je préfère vivre car rien ne m'apporte autant.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, juillet 21, 2007

laprade

II

Sur l'herbe encore humide et les cailloux d'argent
Psyché pose au hasard ses pieds, et va songeant,
Et suit du souvenir la pente involontaire.
Les plaisirs de la nuit, ses terreurs, son mystère,
Revivent à la fois dans son coeur retracés ;
Elle tremble et rougit à ses propres pensers.
La terre ce matin semble à ses yeux nouvelle,
Et sur l'onde penchée elle s'y voit plus belle ;
Elle cherche avec crainte, avec ravissement,
Les vestiges sacrés de l'invisible amant ;
Elle va regardant sous les eaux diaphanes,
Dans le creux de rochers couverts par les lianes,
Dans les touffes de fleurs, et dans l'ombre des bois,
En tout lieu d'où s'échappe un parfum, une voix ;
Et partout, du gazon, de l'eau, de la feuillée,
Une voix lui répond par la sienne éveillée.

PSYCHE.

C'est bien la même terre, et le même printemps

Y verse un jour pareil aux mêmes habitants.

Entre les mêmes fleurs, le fleuve aux couleurs tendres,

De son mobile azur promène les méandres.

Hier, un chant planait déjà sur ces roseaux ;

L'émail et l'or paraient les plumes des oiseaux :

Et cependant la nuit, sans m'en dire la cause,

Semble avoir à ce monde ajouté quelque chose.

J'ai vu ces gais bouvreuils, cet aigle au regard fier ;

Tout m'est nouveau pourtant, tout est plus beau qu'hier ;

plus qu'hier la nature et me charme et m'invite ;

et comme dans mon coeur la sève y court plus vite !

CHOEUR INVISIBLE.

C'est que le roi nous a visité cette nuit.

Lépoux mystérieux vers ta couche conduit !

c'est qu'il a pour te voir traversé son empire,

Et répandu sur nous l'éclat de son sourire :

Et chaque fois qu'il vient, puissant avec bonté,

Il sème à pleine mains la vie et la beauté.

LES OISEAUX.

Il est des jours ou l'air supporte mieux nos ailes ;

Un mouvement plus doux berce les rameaux frêles ;

Les grains au bord des champs s'épanchent par milliers,

Et les fruits sont plus mûrs aux arbres familiers ;

Nos appels amoureux de plus loin se répondent ;

Près des nids à batir mousse et duvets abondent :

les brebis ont laissé plus de laine aux buissons ;

Les chênes sont peuplés de joyeuses chansons ;

Au roi qui fait pleuvoir tant de biens sur ces traces,

A l'amant de Psyché, les oiseaux rendent grâces.

LES PLANTES.

Il est aussi pour nous les jours où tout fleurit,

Au souffle calme et chaud d'un invisible esprit ;

Une poussière d'or jaunit les étamines,

Des sucs plus nourrissants abreuvent les racines,

Lépi laiteux jaillit et gonfle sur le blé,

Le nombre des bourgeons sur la branche est doublé,

Et dans le sein desfleurs apportant des délices,

Un doux vent l'un sur l'autre incline nos calices.

Ce qu'alors nous puisons dans la terre ou le ciel,

En nos veines devient parfum, couleur et miel ;

Les rayons et la sève à nos tiges affluent :

O roi jeune et fécond, les plantes te saluent !

LES SOURCES.

Il est des jours sacrés, des jours que nous aimons,

Où la source descend plus pure aux pieds des monts ;

Où, sur le sable fin, sans pluie et sans tourmente,

L'onde semble dormir, et pourtant suit sa pente ;

Où nul flotne s'irrite et ne gronde en marchant ;

le peuple des forêts s'égaie à notre chant ;

Le vent ne jette rien que fleurs et vert feillage

Sur l'argent des graviers et l'or des coquillages ;

Et mille êtres, mêlés par un amour fécond,

Sagitent sous les eaux sans en troubler le fond.




Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

jeudi, juillet 19, 2007

de

PSYCHE
LIVRE PREMIER

Le matin rougissant, dans la fraîcheur première,
Change les pleurs de l'aube en gouttes de lumière,
Et la forêt joyeuse, au bruit des nids chanteurs,
exhale son réveil en d'humides senteurs.
La terre est vierge encor, mais déjà dévoilée,
Et sourit au soleil sous la brume envolée.
Entre les fleurs, Psyché dormant au bord de l'eau,
S'anime, ouvre les yeux à ce monde nouveau,
Et baigné des vapeurs d'un sommeil qui s'achève,
Son regard luit pourtant comme après un doux rève.
La terre avec amour porte la blonde enfant ;
Des grands rameaux sur elle agités doucement
Le murmure et l'odeur s'épanchent sur sa couche ;
Le jour pose en naissant un rayon sur sa bouche.
D'une main supportant son corps à demi-penché,
rejetant de son front ses longs ceveux, Psyché
Ecarte l'herbe haute et les fleurs autour d'elle,
Respire, et sent la vie, et voit la terre belle ;
Et blanche se dressant, dans sa robe aux longs plis,
Hors du gazon touffu monte comme un grand lis,
Les aromes, les bruits et les clartés naissantes,
Les émanations de partout jaillissantes,
Ont envahi son âme, ébranlée un moment ;
Et devant la nature elle hésite en l'aimant.
Dans une langue alors que la vierge surprise
Sut comprendre et parler sans qu'elle l'eût apprise,
Les fleurs, les nids, les flots étant là seuls vivants,
Un invisible choeur chantait avec les vents :
CHOEUR INVISIBLE.
Viens, nous t'aimons déjà ; viens, O douce inconnue ;
La terre où tu manquais tressaille à ta venue.
Viens, habite avec nous ce monde jeune et pur ;
Nul être malfaisant n'en trouble encor l'azur.
Prends avec nous ta part de ses faveurs fécondes,
Goute avec amitié ses épis et ses ondes ;
Ses arbres innocents n'ont pas de fruits amers,
Et la douceur du miel coule au fond de ses mers.
Mêle au sien ton bonheur, et ta grâce à ses grâces ;
Ses germes de beauté fleuriront sur tes traces ;
Sois belle, sans rougir, dans ton jardin natal ;
On n'y connaît pas plus la pudeur que le mal.
Viens ; de tes frais pensers ne fais point de mystère
A ces plantes tes soeurs, à ces oiseaux tes frères !
PSYCHE
Que la lumière est douce, et que l'air plein d'encens
Baigne d'un flot sonore et pénètre mes sens !
Quel souffle harmonieux me caresse et m'enivre !
Et si la vie est telle, Oh ! qu'il fait bon vivre !
Vivais-je avant cette heure ? ai-je vu ce soleil ?
N'est-ce pas la naissance de mon premier réveil ?
J'ai bien au fond du coeur en de vagues images
Des bois, de grands vallons, des fleuves, des rivages,
Où, le couronné, j'allais, fille de roi,
Guidand au bord des eaux des vierges comme moi ;
Mais dans ce pâle monde aux formes indécises,
Ni chanson, ni parfum ne flottaient sur les brises ;
la terre était muette et le ciel sans clarté ;
Et je ne sentais pas la vie et la beauté.
Ah ! j'ai dormis peut-être, en un rêve encor sombre,
De ce monde promis j'aurai vu passer l'ombre.
Choeur des vivants, salut ! salut, O monde vrai,
En qui je me réveille et dans qui je vivrai.
Terre, fleuves, oiseaux, divin peuple des êtres,
Etes-vous, dites moi, mes hôtes ou mes maîtres ?
Bruits, souffles embaumés, rayons, charme des yeux,
laisse, que je t'adore, O monde harmonieux !
CHOEUR INVISIBLE.
Nous entourons d'amour la couche ou tu repose.
Enfant, toi la plus belle et la reine des choses.
Vois ; partout, dans ces bois, ces prés, sur ces hauteurs,
dans ces fleuves, il est pour toi des serviteurs.
PSYCHE
La terre à mon réveil portait, déjà parée,
Les chênes, peuple antique, et la moisson dorée.
Ces nids étaient bâtis, ces rochers étaient vieux,
Et la plus jeune fleur s'ouvrit avant mes yeux.
Sans moi l'herbe a verdi, l'onde a trouvé sa pente ;
Un autre ordonna tout avant mon âme absente ;
Un maître ici se cache, et si ce n'est pas toi,
O voix de ces beaux lieux ! quel est donc notre roi ?
CHOEUR INVISIBLE.
réglant l'être et la vie en un accord suprême,
Le roi de cet empire asservit les dieux même ;
Et les monstres des mers bondissent sous ses traits.
Nous, tour à tour chantant, voix joyeuses ou graves,
Venant de lui vers toi, nous sommes ses exclaves.
PSYCHE
J'ai gardé du sommeil un rêve, un rêve animé,
Eclos à la même heure où mon coeur fut formé :
Une voix qui semblait descendre des collines
M'appelait, m'invitait à des noces divines.
les vierges ma paraient pour un hymen certain.
Vers l'époux inconnu, roi d'un pays lointain,
Entrainée, et cédant à d'invisibles charmes,
J'allais avec amour, mais non sans quelques larmes.
Le réveil, ces beaux lieux, ce jour qui luitt sur moi,
De mes désirs craintifs ont redoublé l'émoi.
CHOEUR INVISIBLE.
Espère. A son vrai but, comme la source vive
A l'éternelle mer, toute espérance arrive ;
Chaque rêve et chaque ombre ont leur réalité.
Viens : par le jeune époux ce monde est habité ;
C'est lui qui nous envoie, abrégeant ton attente,
Au seuil de son palais saluer son amante.

Et la voix s'éteignit ; mais le son prolongé
Resta flottant sur l'air de musique chargé.
sur l'haleine de l'onde et l'herbe attiédie,
Comme un soupir du sol montait la mélodie.

Psyché, livrant son âme aux souffles merveilleux,
Aux accords, aux rayons émanés de ces lieux,
S'avance au bord du fleuve, et dans sa marche lente
Ecoute chaque nid et parle à chaque plante.
La tendre symphatie illumine son oeil ;
Les fleurs et les oiseaux lui rendent son accueil ;
Flots et feuilles, près d'elle ont un plus frai murmure,
La terre abondamment exhale son odeur pure,
Tous les êtres semblaient, domptés par sa douceur,
L'adorer comme reine et l'aimer comme soeur.
L'enfant partage entre eux les grâces du sourire,
Et prend possession du fraternel empire ;
Sa main des grands lions flatte les crins épais,
-Car rien n'avait alors troublé l'antique paix,
Tout ce qui vit formait une seule famille ;-
Mille oiseaux par les bois suivent la jeune fille ;
La mousse s'épaissit lorsqu'elle y veut s'asseoir.
Ainsi dans la vallée elle erra jusqu'au soir.
Admirant tout, les fleurs, les cieux, et l'air sonore,
Et rêvant de ce roi qui se cachait encore.
or la nuit, déployant ses ailes de vapeurs,
Ramène vers Psyché les invisibles choeurs ;
C'est d'abord sur la brume une rumeur qui vole,
Et le son rapproché devient une parole.
CHOEUR INVISIBLE.
Voici l'heure d'hymen, nous précédons l'époux,
Il étaeint les flambeaux de son bonheur jaloux.
Revêtant ses plaisirs de calme et de mystère,
Il attend pour aimer l'heure ou s'endort la terre.
Les oiseaux en leurs nids, l'un l'autre serrés,
Et l'abeille en sa ruche, et la cigale aux prés,
Et les nappes d'azur que nuls souffles ne plissent,
Et le vent dans sa grotte, et les bois s'assoupissent.
Sur les insectes d'or les grands lis ne sont clos,
Et le dernier rayon est rentré sous les flots.
Sans que bruits où lueurs troublent sa paix suprême,
La sainte volupté peut jouir d'elle-même ;
Que l'ombre sur ton front pleuve sans t'alarmer,
Viens, l'inconnu t'attend ; viens ; c'est l'heure d'aimer.

Devant elle glissant comme un zéphir paisible,
le choeur chantant toujours et toujours invisible,
Sur sa trace écartait doucement les rameaux ;
Et Psyché, telle on voit sur l'écume des eaux,
Après un grand navire une fleur qui surnage,
Suivait à son insu l'harmonieux sillage,
Et le flot la porta vers le palais heureux;
par la vertu des chants il s'ouvrit devant eux.
Sous les grands toits déserts les mêmes voix mystiques
La conduisaient encore à travers les portiques ;
Elle y semblait voguer sur des courants secrets ;
Tel, sur un lac tombé, le rameau des forêts,
par des eaux qu'on dirait immobiles, sereines,
Est poussé jusqu'au fond des grottes souterraines.
La vierge ainsi s'avance effleurant le tapis,
Entre les murs jaspés de marbre et de lapis,
Où, de mille flambeaux étoilant les arcades
L'or étincelle au front des blanches colonnades ;
Et l'invisible guide a déposé Psyché
Sur le lit nuptial dans la pourpre caché.
La voix expire alors, le palais devient sombre :
L'enfant s'étonne et tremble, et pleure au sein de l'ombre,
Et nul enseignement n'éclairant sa pudeur,
Son ignorance même ajoute à sa frayeur.

Une autre voix bientôt monta dans le silence,
Un chant si doux, si plein de grâce et de puissance,
Qu'auprès de sa musique, ornement de la nuit,
Les premières chansons n'étaient rien qu'un vain bruit.
C'est l'invisible roi du vallon de délices.
Il vient de l'âme en fleur posséder les prémices,
C'est l'archer qui répand ses flèches en tout lieu,
C'est lépoux, c'est Eros, c'est vous, O jeune Dieu !

Ne crains pas, O Psyché, dans cette nuit propice,
Laisse, ea toi que l'espoir avec l'amour se glisse ;
Voici, voici l'époux, son visage voilé,
Mais son coeur à tes yeux s'est déjà révélé,
Et tu peux, à travers l'ombre qui l'environne,
Juger par ces tréssors celui qui te les donne.
Vois cette heureuse terre, est-ce un dieu sans amour
Qui pour don nuptial t'offrit ce doux séjour ?
Toute chose est à toi dans ce fécond royaume,
Le chêne t'y doit l'ombre, et la rose le baume ;
Le vent, l'onde, l'oiseau, tous bruits mélodieux
Sont nés pour ton oreille, et le ciel pour tes yeux ;
Pour tes lèvres de miel, le lait, ce qui ruiselle
A flot de chaque ruche et de chaque mamelle ;
La mousse pour tes pieds, les gazons caressants,
Tout est fait pour payer un tribut à tes sens.
Lorsque tu parleras, partout dans les campagnes
des voix te répondront, tes fidèles compagnes.
Chez les êtres vivants avec toi conviés,
Tu pourras à ton gré choisir des amitiés.
Durant le jour souvent la voix de l'époux même
Te fera souvenir qu'il te suit et qu'il t'aime ;
Et chaque soir ici tu viendras reposer
Sur sa douce poitrine et goûter son baiser.
Mais si tu ne veux pas, comme ton premier songe,
Voir s'effacer l'ivresse où ce baiser te plonge,
N'ose pas, O Psyché, d'un flambeau curieux,
Interroger d'hymen le lit mystérieux ;
Le destin plus puissant et sans doute plus sage,
Ne veut pas de l'époux te montrer le visage ;
Mais livre-lui ton âme, enfant, et tu verras
S'éveiller tout un monde éclos entre ses bras.

Et les lèvres d'Eros touchant son front pudique
Y déposent le sceau de l'union mystique ;
Bientôt la vierge laisse en son trouble charmant
Sa ceinture tomber sous les doigts de l'amant,
Et parmi les soupirs et les baisers sans nombre,
Les rites de l'hymen s'accomplirent dans l'ombre.

Le palais vaste était inondé de soleil,
Lorsqu'au matin Psyché secouant le sommeil,
Cherchait près d'elle Eros et lui parlait encore ;
Mais le nocturne époux avait fui dès l'aurore.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mercredi, juillet 18, 2007

A victor

il est une vallée où l'harmonie habite ;
Un dieu veille à sa porte, à nos pas interdite :
L'esprit seul dans son vol, emporté loin du temps,
Aux clartés de l'amour l'entrevoit par instant ;
Quel que soit le dous nom dont chaque âge la nomme,
Sa pensée est vivante au fond du coeur de l'homme ;
Mais à la contempler nul ne peut définir
si c'est une espérance ou bien un souvenir,
Tant l'âme balancée en sa plainte secrète
Flotte entre ces deux mots ; j'attends, et je regrette,
Chaque peuple a rêvé ce merveilleux jardin,
Soit qu'avec Jéhova il ait connu l'Eden,
Soit qu'aux pieds de l'Olympe une lyre sacrée
lui chante l'âge d'or de Saturne et de rhée,
ou qu'enfant, sous la tente, il aime à s'endormir
Bercé par les Péris des songes de Kashmir,

Là, dans son unité, sur l'arbre de science
Du birn, du vrai, du beau fleurit la triple essence,
Et dans l'or du feuillage, aux Grâces réunis,
là des branches vertus les essaims font leurs nids
Avant d'aller chanter leur mélodie auguste
Sur le front de la vierge et dans l'âme du juste.
C'est là qu'avant le jour de leur aveux charmants
S'étaient choisis déjà les couples des amants ;
C'est de là qu'à la voix du poëte ou du sage
Descendent dans nos nuits la pensée et l'image ;
Là que tout chant sublime a résonné d'abord
Avant qu'un luth mortel en répétât l'accord.
Là-haut furent cueillis, sur les prés en émail,
Le mystique rosier qui flamboie au vitrail,
L'acanthe et le lotus, qu'en légères couronnes
L'ionie a tressés aux faites des colonnes
Avant qu'un ciseau grec et qu'un pinceau romain
Les fixat pour toujours sous l'oeil du genre humain,
Les vierges au long voile et les nymphes rivales
là-haut menaient en choeurs les danses idéales,
Et suspendant leurs jeux, là, ces filles du ciel,
Ont posé devant vous, Phidias, Raphaël !
Là, sur ton aile d'or, vers l'infini guidée,
tu montais, o Platon ! au séjour de l'idée ;
C'est là qu'à son amant Béatrice a souri,
Et là son regard d'aigle, o Dante Alighieri !
T'emportant dans sa flamme à travers les dix sphères,
T'a du monde divin révélé les mystères.

C'est là qu'enfin Psyché vécut son premier jour
Tant qu'avec l'innocence elle garda notre amour ;
comme en un lit joyeux de fleurs de de rosée
par le souffle divin l'âme y fut déposée,
Et près d'elle éveillés dans l'herbe de ce sol,
Du bord de son berceau mes chants prendront leur envol.

Mais au seil de ton oeuvre, inscrit donc la prière,
Et dis en commençant d'où te viens la lumière,
O poëte ! malheur aux hymnes qui natrons
sans que le nom de dieu soit gravé sur leur front !

Je sais trois soeurs au Ciel qui, les mains enlacées,
Font jaillir sous leurs pas l'or des bonnes pensées ;
La Grèce en adora les corps chastes et nus,
Beaux vases qui cachaient des parfums inconnus.
C'est vous, entre vos bras je m'abandonne, O Grâces !
Cest vous qui vers le but portez les âmes lasses ;
vous par qui les présents de Dieu nous sont comptés ;
vous qu'on appelle mieux du nom de Charités.
Par vous, de l'homme au Ciel et du Ciel à la terre,
Se fait du double amour l'échange salutaire,
Le coeur vous doit son aile, et l'esprit son flambeau ;
Sans vous tout homme reste incapables du beau.
la sagesse avec vous n'a jamais le front triste ;
L'oeuvre abonde et sourit sous les doigts de l'artiste ;
Grâce, en qui j'ai foi, saintes fille de Dieu,
Touchez, touchez mon front de vos lèvres de feu.

Ah ! l'inspiration n'appartient à personne,
Pas plus qu'à ce rameau dont la feuille résonne,
Le vent qui le caresse et qui le fait chanter,
Et le Dieu qui la donne est libre de l'ôter.
Nul ne peut devancer l'heure par vous choisie,
O Grâce ! pour verser en lui la poésie.
Mais l'artiste pieux, au coeur pur et sans fiel,
Peut, à force d'amour, vous arracher au Ciel.
venez donc, vous savez si l'art m'est chose sainte,
Si j'ai touché jamais à la lyre sans crainte,
Si j'attends rien de moi, si l'orgueil me nourrit,
Et dans quel tremblement j'invoque ici l'esprit,
o Grâce ! descendez, belles vierges antiques,
Formez autour de moi vos cadences mystiques,
Et qu'en un même accord, sur trois modes divers,
La douceur de vos voix coule à flots dans mes vers.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

reflexion

Nous trouvons dans le dictionnaire :
les quatre opérations de l'arithmétique : addition, soustraction, multiplication, division
Mais nous nous apercevons depuis l'antiquité et depuis Laplace qui l'a modélisé que le monde se modélise à l'aide de la réflexion. -la réaction influence l'action-
La question qui se pose en ce siècle est :
Pouvons nous continuer à utiliser -voir sélectionner à l'aide d'- un système construit sur un modèle cartésien, sachant que celui-ci ne nous permet pas de modéliser le monde qui nous entoure ?
Que ce soit laplace avec son modèle de base réfléchie : y = k (1 - exp ( -t/jo) ) ou Lavoisier, ou même l'observation, tout nous prouve que l'arithmétique n'est pas le bon outil.
De plus son application n'existe que dans l'ancien régime -post 1793- en créant une notion subjective de grades et de titres, mais tout nous pousse à croire dans les relations humaines, qu'aucun maitre ne peut exister, si nul n'accepte d'être son exclave, comme nous l'avons proclamé dans notre constitution.
Les relations humaines se construisent à deux, tout le reste n'est que tromperies et abus, les relations et associations issues de l'observation en sciences physiques ou biologiques sont construites sur des bases exponentielles réfléchies l'arithmétique n'est qu'un encombrant trompeur en ces domaines.
Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, juillet 14, 2007

sort






Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

sortir






Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

sotir ce






Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

sortir ce soir






Descartes ou l'art de limiter la perception à l'euthanasie personnel est cet étrange forme d'association qui interdit de penser autrement. Mais voila l'observation est la pour nous dire que les sciences physiques actuelles ne sont qu'une vue de l'esprit, l'amour est la pour nous dire que la vie ne se mesure pas au mètre cartésien.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

vendredi, juillet 13, 2007

voulez-vous sortir ce soir ?

Pérol ou Lattes ?








Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

fleurs en juillet






C'est mathématique, le monde est plus doux au travers d'une rose.



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.