dimanche, septembre 23, 2007

Descartes

Descartes a vu les cours et les armées, il a étudié les hommes de toutes les conditions et dans toutes les classes de la société ; mais nulle part il n’a songé à nous apprendre ce qu’il avait retiré de ce commerce et ce qu’il pensait des mœurs des courtisans ou des militaires, des bourgeois, du peuple ou des grands, des titres de toutes sortes. Malgré son goût avoué pour les cours et les armés, on se méprendrait gravement, si l’on voyait dans Descartes un courtisant ou un soldat. Non, c’est un curieux, un amateur, un contemplateur. Jamais on ne le vit solliciter aucune faveur d’aucun prince, ni même entretenir des relations intimes avec aucun. Il méditait tout seul dans les bivouac, tout prêt du reste à se battre quand il le fallait, car il avait l’épée prompte et le cœur ferme, mais plutôt encore par curiosité d’amateur que par amour pour le métier.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: