lundi, avril 30, 2007

Tableau de maitre

Posted by Picasa

joris Abadie

Posted by Picasa

jeudi, avril 26, 2007

jeudi, avril 19, 2007

Mathématiques et bases

Nous avons appris à reconnaitre les réactions en sciences physiques sur une base de quatre cas pour deux facteurs.
En exemple :
cas 1 : a implique b
cas 2 : a implique que b est absent
cas 3 : b implique a
cas 4 : b implique que a est absent
Sur cette base nous pouvons encore développer des réciprocités et autres, mais la base de perception, de modélisation est ici nommée.
Maintenant essayons d'imaginer que ce système soit bon pour des hommes préhistoriques, ne possédant pas trop de moyens, et allons voir vers la grèce antique si quelques Platon ou Aristote, n'avaient quelques autres modélisations.
Nous nous apercevons que l'un d'entre eux accordait le secret de la vie à la forme du tourbillon. Continuons la démarche à l'aide des savoir du moment et voyons si cette forme peut être modélisée et prise comme base d'un modèle de réflexion, d'une modélisation, en d'autres
mots d'un système mathématique.
Reprenons le cas de deux facteurs
cas 1 : a est une impulsion, et implique b, qui génère a et l'entretient.
cas 2 : a est constant, et implique b, qui accentue a jusqu'à sa limite
cas 3 : a est une rampe, et implique b, qui accentue a jusqu'à sa limite.
La différenciation des trois cas se fera à l'aide de l'étude de la forme des variations.
Les formules pour des cas si simples sont connues de tous, ce que je souligne dans cette proposition, c'est le fait que notre base mathématique n'est peut-être pas la meilleure. Vous allez me répondre que Poincaré l'avait déjà démontré dans la science de l'hypothèse, mais ce que je souligne aussi ici, c'est l'étude des formes sans notion de quantité, juste avec l'aide d'une notion de pourcentage. Actuellement celui-ci comme son nom l'indique est une proportion sur cent, mais rien ne nous empèche de prendre comme repaire les points remarquables en exemple les 63% dans le cas d'un seul facteur influençant un système naturellement stable. Et la physique construite sur l'ancienne base mathématique ? me direz- vous. Elle est toujours la comme le harpon, avant l'invention du filet, elle est toujours la comme la pelle avant l'invention du
tractopelle, elle pourra toujours être utile pour les plus démunies. elle était bien pour hier, mais pas pour aujourd'hui, qui demande un autre jour. Laplace, Lavoisier, et tant d'autres sont le passage qu'il faudra franchir avant de pouvoir créer d'autres idées, afin de ne pas s'enfermer dans la croyance et le dogme.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

samedi, avril 14, 2007

Le temps comme toutes choses est subjectif puisque dépendant de
l'esprit humain qui le décrit, mais cela n'a jamais voulu dire que
nous ne devons pas chercher au mieux des connaissances du moment,
chercher à le modéliser.
La particularité franco-chrétienne (esprit Gascon oral) à la
différence du monde judéo-musulman se trouve entre autre dans
l'origine du sens accordé au terme "égalité".
Ainsi le terme égalité sortie du sens "d'origine, de base" est remis
en question, puisque dans le système entrevue par Laplace ou encore le
plagiare Lavoisier, la perception se modélise d'un état à un autre.
Ainsi la modélisation va chercher à comprendre pourquoi en passant par
le comment le changement (la variation) s'effectue, une sorte
d'évolution de la proposition antique Grec qui prenaient comme
argument indiscutable la démonstration basée sur la forme géométrique
et jamais sur la quantité. Les bases ainsi posées depuis quelques
siècles, plusieurs de nos grands hommes ont, avec plus ou moins de
succès, avancés des propositions (Janet, Poincaré, ou plus récent
Michel Serres, et encore tant d'autres de différentes manières même
par un directeur de l'institut pasteur).
Ce que j'ai apporté à la méthode en 1993, c'est l'identification d'un
nombre sans dimension caractéristique. Ce nombre permet de reconnaitre
chaque facteur influençant une réaction ( en exemple une vanne de
telle forme aura toujours telle valeur, ou encore telle enzyme dans
telle condition aura aussi telle valeur en nous séparant de la notion
de quantité,k dans la formule) et aussi d'avoir pu identifier le
nombre de facteurs significatifs influençant une réaction en admettant
que le temps était la variation elle-même de manière à résoudre les
équations sans calcul d'aire, ou en d'autres termes en me séparant
d'une base de temps constante pour accepter une base de temps
réfléchit variant en fonction du nombre de facteurs et la manière dont
ils créent la variation.
Les outils que j'ai associés pour pouvoir énoncer la remise en
question de notre modélisation du temps ne dates pas d'hier, mais
c'est la manière de les utiliser en identifiant pourquoi je les
utilisais de la sorte, et encore le fait qu'en utilisant cette méthode
de modélisation, j'ai dans plusieurs sciences réussis à réguler ou
écrire mathématiquement ce que nul avant moi n'avait su faire, qui
fait que je considère être à la pointe dans le domaine de la mesure du
temps.
Même si la logique me fait penser qu'un autre développera mon système
en utilisant les harmoniques (ce que je n'ai jamais eu le temps de
faire), et donc qu'il possèdera un modèle encore plus universel que
celui que je propose, cela ne m'empêche pas de penser qu'aujourd'hui
je récolte les épis de blés que tous ces merveilleux chercheurs
français ont semés depuis l'antiquité. Mais le champ appartient à
celui qui le cultive, et il ne produit que ce que l'on y sème. Ainsi
une idée donnée est une idée de plus, et la cause la plus universelle
varie tout le temps et ne peut être accordé à aucun nom même si
quelques ambitions ou fiertés en voudraient différemment.
C'est un peu la démarche du joueur d'échec qui est heureux de
rencontrer un adversaire qui partage sa passion, car le but n'est
point de perdre ou de gagner puisque le but est atteint à chaque fois
qu'il passe un bon moment en imaginant les modélisations de son
partenaire d'un instant. Là il en est de même en science, chacun
propose sa perception et vérifie si les probabilité du concept énoncé
se vérifient, puis vérifie si les probabilités sont bien le plus
universelles possibles sans être tombé dans un dogme qui déforme la
perception, un peu comme pour décrire l'amoureuse nous indiquions
60kg, ou encore pour décrire l'épie de blé nous indiquions quelques
centimètres, ou encore la toile de maitre en tant de centimètre carré
de rouge, puis de bleu... pour la variation, le temps, il en est de
même, voir ce n'est pas comprendre, décrire ce n'est pas comprendre.

Nous pourrions dire cela en d'autres termes.
La perception en science étant différente de celle de l'art ou de la
foi, est reconnue ici sous forme d'état, ainsi les variations (qui se
nomme le temps par définition) sont analysés entre deux états stables.
La démarche identifie en pourcentage la relation entre les deux états
stables. Cette relation s'écrit en fonction du nombre de facteurs
influençant la variation.
Les sciences modernes par le biais de la base de la régulation, nous
apprend que cette approche connait deux grandes classes. Les systèmes
naturellement stables et les systèmes naturellement instables. De ceci
nait plusieurs grandes lois enseignées au mieux à ma connaissance à
ceux qui sur le terrain pratiquent cet art à l'aide des régulateur
issues de la technologie des ampli-op et je ne pense pas que nous
soyons nombreux à la maitriser même si l'illusion fait croire le
contraire à un grand nombre qui souvent trouve l'ampli-op passionnant,
mais ne sait pas dire pourquoi.
L'utilité d'une base générale commune, en cet art, n'est reconnue que
jusqu'à la communication avec autrui, car quand nous pratiquons la
régulation, chaque évènement possède son propre temps bien différent
de celui des saisons.
Le temps dans cas le plus fréquemment observé est celui que j'ai
présenté à l'aide d'un facteur significatif entre deux états stables,
celui-ci s'écrit sous la forme d'une fonction exponentielle amortie.
Nous voici bien dans une étude des formes du temps et non pas de
quantité, nous voici bien dans une étude qui permet d'identifier
combien de facteurs influencent une variation et quel en sont leurs
natures.
Mon travail en 1993 à porter sur la découverte des propriétés de ces
facteurs et de leurs utilisations.

La toile garde en archive :
J'ai abordé la chose sous un angle en mathématique avec des exemples d'applications.
J'ai abordé la chose sous un angle en physique avec des exemples d'applications.
J'ai abordé la chose sous un angle en biologie avec des exemples d'applications.
J'ai abordé la chose sous un angle philosophie avec des exemples d'applications.
J'ai démontré l'origine et la cause de l'incohérence du système utilisé actuellement.
J'ai démontré la cause et l'utilité du système que je défend.
J'ai même joué avec la poèsie de manière à atteindre une partie plus réceptive du cerveau.
J'ai demandé la mise à l'épreuve sur des sujets que personne n'arrive à modéliser et je me suis exécuté

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.