mercredi, juillet 02, 2008

Les enjeux des sciences physiques

Quand au dix-huitième siècle certains aristocrates défendaient l'idée qu'une Nation moderne ne pouvait pas se débarrasser ouvertement d'une partie de sa population (la plus démunie), et donc qu'il fallait instaurer un système d'abrutissement par le travail et de stress pour faire mourir les gens bien avant l'age ; avec argument que sinon le début du dix-neuvième siècle verrait les rues encombrées de déjections animales entrainant des épidémies détruisant tout le monde. La traction animale était la seule connue à l'époque et l'augmentation des échanges commerciaux était leur argument, mais je ne sais dire s'ils le pensaient vraiment ou si ceci n'était que l'expression de gens cruelles n'ayant aucun respect pour la Nation. Une Nation n'étant composée que d'hommes comme énoncé par la Convention de 1793.
Une petite découverte et toutes ces illuminations tombent à l'eau, Sadi carnot mort bien jeune écrit P1V1=P2V2 et cela suffit pour que la traction thermique remplace la traction animale sans avoir à éliminer une grande partie de la population.
Nous voici presque deux siècles plus tard, et je trouve comme blogtrotteur au hasard de postes des personnes se croyant supérieur (aristocrates) défendre à nouveau qu'il faut augmenter le temps de travail et développer le stress tout en sachant ce qui se cache derrière cela.
L'histoire nous prouve qu'une petite découverte en science physique peut arrêtrer cela. Surtout que depuis 1993, je propose une nouvelle technique d'analyse en science qui permet de faire des découvertes et qui m'a permis de créer plusieurs applications inédites.
La question qui se pose est toujours la même, Est-ce que les politiques sont au service des peuples ou veulent-ils instaurer un retour à la royauté en retournant vers l'obscurentisme ? Car pour qu'un tyran puisse rester, il faut qu'un peuple le reconnaisse comme tel, et ceci ne peut se faire que dans un peuple ignorant.
Même si les sciences physiques n'apportent pas la liberté, elles n'en n'ont pas moins un lien qu'il ne faut pas oublier.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: