jeudi, novembre 27, 2008

Illusions et auto-flatteries 2

En croisant quelques personnes de mon entourage, je ne sais pourquoi. J'ai cette idée qui trotte comme un refrain. " Parfois, il vaut mieux ne pas penser que de laisser apparaitre le néant."
Le sentiment d'aliénation liant des potentiels humains à un triste sort, qui fait que nous pouvons les nommer " ceux n'ayant pas vécu ".
C'est quand on a plus rien, qu'un insecte, une couleur, nous raccroche à la vie, car sans l'autre nous ne sommes plus. Quand l'autre devient objet, nous ne sommes plus. C'est à l'adolescence que les hommes comprennent cela.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: