dimanche, avril 19, 2009

Le tout est plus que la somme des parties

La France ne peut intégrer l'Europe car celle-ci s'est construite sur les concepts issus du siècle des lumières. En d'autres mots, si Aristote avait arrêté son développement aux sciences politiques, "L'union de tous crée un bénéfice collectif supérieur à la somme des vertus de chaque individu-Aristote", les scientifiques français du siècle des lumières ont démontré que les interactions donnaient la forme des phénomènes et que par ce fait nous ne pouvions modéliser le monde qui nous entoure avec un système algébrique. Lavoisier, Laplace, Lagrange conscients des limites du système mathématique nommé algèbre ont semé les graine de sa destruction. Sadi Carnot, Bernoulli sont même allés jusqu'à valider leur propositions par des égalités de manière à se libérer de l'algèbre et de son approche douteuse. La quantité de matière bien que significative n'est pourtant pas ce qui fait le tout, et ce qui fait le tout n'est pas mesurable à l'aide de l'algèbre. Nous pouvons mesurer les phénomènes à l'aide de la logique pure comme je le propose avec mon système Laplacien modifié de manière à identifier les phénomène à l'aide d'un nombre sans dimension.



Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

mardi, avril 07, 2009

Intégration de la logique appliquée en logique pure



L'intégration de la logique appliquée varie en fonction des connaissances du moment, qui parfois peuvent être assimilées à des croyances ou à des normes que nous nous imposons de manière à pouvoir communiquer. Le mathématicien ou encore le physicien possède la faculté de décrire les mécanismes permettant ainsi à l'entendement de percevoir les systèmes qui nous entourent.
Bien que les notions de quantité de matière soient une base de travail en fait celles-ci ne représentent qu'une LIMITE très peu significative car ce sont les interactions issue des phénomènes qui donnent les caractères essentiels.
Ainsi de l'observation nous pouvons créer le système mathématique qui va nous permettre d'apprendre à décrire le monde qui nous entoure.
Nous rencontrons de nombreux phénomènes qui naissent des événements et souvent nous observons que ces phénomènes font naitre d'autres phénomènes issus d'autres principes physiques qui vont entretenir les premiers phénomènes et même parfois les accélérer.
Le mathématicien va donc devoir utiliser un système imaginé et construit sur de la logique pure de manière à pouvoir définir son observation.
Tel événement utilisant telle loi physique nait dans telle circonstance entrainant la naissance de tel événement utilisant telle loi physique qui va influencer le premier événement comme dans le cas d'un tourbillon. Le deuxième événement n'existant pas par lui-même il en est toutes fois le moteur principal du premier événement en autre exemple l'énergie cinétique d'une roue.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.