dimanche, octobre 31, 2010

vent


Poses tes yeux sur la quadruple racine
De toutes choses : Aux feux de Zeus,
A Héra mère de vie, et puis d'Aidônéus,
A Nestis qui nous donne ses larmes.
Je suis le vent qui foudroie les ames, je porte les pleurs des enfants qui meurent de faim.
Je suis le cristal qui assemble les désirs de ceux qui sont restés humains.
Je suis la flamme qui ne trouve plus de coeur ou se réchauffer.
Je suis l'eau vive qui vient mettre fin à l'homme de Néanderthal qui a cru en son éternité.




Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: