mardi, juin 28, 2011

Une première de la version V6SDL en téléchargement dès demain

voici sa page d'explication sur les concepts


Concepts utilisés sur le

le format audio abadie.jo V6SDL



Acquis démontrés par la version V5SDL

Ceux qui ont testés et utilisés la version graphique V5SDL, du format abadie.jo, ont pu s'apercevoir que pour pouvoir obtenir les sons de la voix humaine avec seulement 10 octets, je travaillais sur les fronts montant et les fronts descendant des ondes. En fait, je devrais écrire l'équilibres des variations de fronts montant avec les variations de fronts descendant avec seulement 10 octets.

Version V6SDL

Cette version n'étant plus destinée à la synthèse vocale et à la reconnaissance vocale, mais à la création et à la conservation de nos fichiers de musique, va rencontrer d'autres phénomènes physiques. Nous pourrions identifier en premier une plage de base temps plus grande, qui m'a fait ralentir la version 3 octets par demie onde pour développer la version 4octets par demie onde en modélisation de premier niveau. Mais ce qui différencie le plus la version V6SDL de la version V5SDL, c'est que nous allons devoir utiliser un niveau de modélisation supérieur, le cinquième niveau.

Rappel sur les niveaux de modélisation.

Le premier niveau de modélisation est celui qui accorde à chaque quart d'onde sa propre base de temps. Ce concept nous permet d'identifier une onde porteuse parfaite qu'il est facile de symboliser avec très peu d'octets et d'écrire nos fichiers soit en ASCII, soit en binaire. Le principe de base est que le futur influence le présent dans une analyse globale, ainsi la forme de chaque quart d'onde s'écrit à l'aide d'une exponentielle amortie. Pas d'algèbre, pas de fonction sinus, juste des pourcentages de variation.
Le deuxième niveau de modélisation, est celui qui permet d'obtenir des fichiers audio plus léger en supprimant les informations inutiles ou encore les parasites engendrés par la technologie. En d'autres termes en supprimant ce qui ne s'entend pas, ou que nous ne voulons pas entendre.
Le troisième niveau de modélisation, est celui qui identifie la porteuse qui va créer le son que l'on entend, nous trouvons son apogée dans la version V5SDL. La version V5SDL permet de créer une porteuse de durée indifférente avec seulement 10 octets.
Le quatrième niveau de modélisation que j'avais prévu à l'origine était une compression en tar.gz, mais je pensais trouver des lois physiques sur les sons concernant la voix humaine pesant bien plus que 10 octets, en fait au moment, je n'ai pas besoin d'utiliser la compression.

Cinquième niveau de modélisation, V6SDL.

Je ne pensais pas à avoir à parler du cinquième niveau si vite. Surtout que je suis encore seul sur ce projet de modélisation, comme si la musique ou la reproduction de la voix humaine n'intéressait personne. En fait le cinquième niveau reprend le concept du premier niveau pour l'accélérer et l'amplifier (principe souvent rencontré en modélisation que je décris dans mon mémoire de 1993, c'est pas de l'algèbre). En d'autres mots, imaginez un son parfait, un son tellement cristallin que même en le chuchotant il traverse la pièce, la rue. Un son que l'on arrive à entendre même entouré du bourdonnement d'une multitude. Ce son va se dessiner sur un graphe comme un grand S qui monte,puis un grand S inversé de droite à gauche qui descend, puis un grand S qui monte...
Ce que fait le cinquième niveau de modélisation, c'est qu'il dit ok, ce S est la porteuse que je modélise avec 10 octets au troisième niveau de modélisation, mais maintenant je considère que cette porteuse représente la membrane de mon haut parleur au repos et je reprends une modélisation de premier niveau sur tout ce qui apparaît, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste plus de son désirable.

Droits

Tout ou composante du format abadie.jo est sous licence Creative Common
 


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: