dimanche, janvier 18, 2015

Petite promenade en logique

Bonjour,

Du pourquoi au comment, de la cause à l'effet, sont à eux seuls une démonstration logique, qu'il n'existe pas d'absolue dans les termes.
Voici des termes différents qui pourtant décrivent la même chose.
Les sciences ne connaissent pas d'absolue, même si parfois nous nous fixons des repères pour pouvoir communiquer. Il ne faut jamais oublier que ces repères n'ont un sens que l'espace d'un court instant dans des conditions très limité. les unités international en font partie, les normes iso aussi bien que celles-ci soit plus robustes. Car les normes iso trouvent souvent leurs sources dans des concepts théoriques avant de s'adapter à des concepts appliqués.

Il nous arrive parfois de croiser le chemin de scientistes, les religieux des sciences, ceux qui croient qu'on peut donner un caractère d'absolue aux sciences. Les exemples sont nombreux, wikipedia qui utilise la technique du dictionnaire donnant un caractère d'absolue aux termes et par la même oublie l'évidence encore défendue par nos académiciens qui utilisent l'encyclopédie bâtie sur les concepts. Ou encore des mercenaires sur les usegroupe ou forum qui touchent soit des rentes, soit des salaires qui pourraient faire vivre un village entier africain, ceux-ci pratiquent l'insultes et la discrétisation de la réalité.

La logique nous rappelle que nous ne pouvons pas nous présenter comme défenseur du libre, si nous trompons en connaissance de cause les autres hommes. Ainsi tout dénie de la réalité, n'est qu'une tentative de paraître pour ce qui n'est pas. C'est une tentative d'introduction de croyance religieuse en sciences. Depuis plus de 5 ans, malgré ce formidable outil de communication 'internet',  le dénie du format audio que j'ai créé, met en évidence que les sciences n'existent presque plus, masquées par des religions douteuses.

Pour revenir au concept d'écriture des absolus, si dans les termes il n'en est pas, dans les effets des lois physiques, il en est de même. En exemple dans le format audio que j'ai créé, j'écris l'unité sur un octet, mais la technologie des cartes audio d'aujourd'hui demande deux octets standard. De fait on peut penser qu'il m'est impossible de reprendre certaines écritures, en exemple le mixe d'une consonne avec une voyelle (une porteuse et une portée avec de grandes variations fines ne rentrant pas dans un octet). Si l'analyse acoustique, nous montre que le réel est un mixe de nombreuses formes, rien ne nous oblige à faire le singe et imiter. Notre caractéristique d'être humain, nous pousse à modéliser et utiliser d'autres lois physiques pour créer le même effet. Nous ne sommes pas en religion, à chercher des caractères absolus. Nous sommes en logique pure, nous sommes en science, plusieurs causes peuvent avoir le même effet. Ainsi dans mon format audio, je fais surfer les consonnes sur les voyelles, en donnant un grande énergie sur la consonne, activant l'effet mémoire et préparant la voyelle avec un effet que j'ai identifié et nommé licorne.
Mais la logique pousse à penser qu'ici il n'y a qu'un cas particulier, que d'autres sons trouvent leur particularité dans des variations rapides ne pouvant être écrite qu'avec deux octets. En appliqué nous rencontrons les extrêmes de ces cas dans les cymbales des rythmes de base musicaux. La encore plusieurs causes peuvent avoir le même effet, car sinon comment écrire un marteau acoustique dans une très faible variation d'amplitude avec une très rapide variation de durées.
La solution est tout simplement de créer le marteau acoustique avec les durées des fronts, non pas l'amplitude et ensuite jouer sur les forces à l'aide de répétition et l'indispensable laisser derrière une zone acoustique sans variation pour laisser ce son très faible exister. Nous pouvons inclure ce son sur une porteuse en respectant la zone acoustique tampon placée après.
Ce qui donne en exemple appliqué :

  for(int duree = temps_cymbales; duree>0; duree--)
   {
// gestion des durées pour créer marteau

....
//gestion des amplitudes
...
        fprintf(fichierjo,  "%c%c",    (char)(amplitude1), (char)(durer1));
        fprintf(fichierjo,  "%c%c",    (char)(amplitude2), (char)(durer2));
}

Quelques lignes de codes qui permettent de générer le son de cymbales avec 1 octet de base

Rappel l’application pour créer les musiques
 linux  http://www.letime.net/vocale/sequenbaul.html
windows http://www.letime.net/bauw/index.html

Il existe des rentiers, les grands prètres des religion en sciences qui déclare savoir faire.
et il existe ceux qui font et le prouve en donnant des liens en téléchargement.
Chacun est libre de suivre la voie du siècle des lumière ou d'aller prier. mais ne vous y trompez pas, chaque acte a des conséquences.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: