dimanche, janvier 08, 2017

Aux temps ou lecjo "version": "2.0.2.5"


Je me penche attendri sur les lois et les mots,
Rêveur, grand-frère aussi des acteurs et scénarios ;
J'ai l’amitié sacrée et profonde des doses ;
J'empêche les enfants de maltraiter les choses ;
Je dis : Ne nommer point la plante et l'animal ;
Liez sans faire peur, montrez sans faire mal.
Le concept ne se dit pas, des lois se déduit,
Rayonnent au milieu des être épanouis ;
J'erre, sans le troubler, dans tout ce paradis ;
Du japonais à l’européen d’aujourd’hui,
Qu'ils sont inattentifs, dans leurs charmants langages,
A la pénombre que font en se tournant les sages
Du mystérieux, Ivre où le sort est décrit,
Ajuste les lois, ce qu’il te reste de vie.

 Lecjo est une passerelle pour pouvoir utiliser lecjoa.
Nous ne construisons pas les sons en nommant des concepts, nous générons les sons en utilisant les lois qui font naître les concepts. Selon comment nous manipulons deux valeurs, nous mettons différentes lois en équilibres.

Pour lecjoa c'est de même, mais avec l'expression, il faut comprendre que nous ne nommons pas des concepts (les japonais font ça, le français d'aujourd'hui fait ça aussi en utilisant d'autres techniques, mais c'est toujours du nommage), lecjo met en équilibre plusieurs dimensions aux lois différentes afin de faire passer une information adaptée à la compréhension.
L'homme propose, l'animal impose, de nommer nous imposons des croyances qui ne mènent qu'à la misère et destruction d'éventuelles richesses rencontrées. Plus de poissons dans nos lacs, du chimique toxique dans nos champs.

Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: