vendredi, mars 29, 2019

Des runes au format audio abadie.jo


Si nous prenons les runes gauloises (Celtes) laissées par nos ancêtres, nous pouvons nous apercevoir facilement que leur classement est fait par dimension. En d'autres mots, les runes possèdent une forme d'écriture bien plus logique que celle que nous utilisons actuellement. Le problème avec les runes, c'est qu'il faut plusieurs décennies de pratiques pour pouvoir les utiliser. Les runes sont le fruit de l'expérience, personne ne peut formater quelqu'un pour qu'il comprenne les runes, nous ne pouvons qu'apprendre à apprendre à quelqu'un en espérant qu'un jour il comprenne par son expérience comment utiliser les runes pour s'exprimer.

Ceux qui ont lu les postes précédents écrits pour le café philosophique, y on trouvé un monde à plusieurs dimensions. Chaque dimension possédant ses propres lois. A l'intérieur, j'indique comment générer des vidéos (images et sons).

Commençons par la dimension la plus simple, soit une seule grande variation de pression d'air disposée à une distance dans le temps d'un son de voyelle. Selon la quantité de temps qui sépare les deux formes acoustiques nous remarquons que cette variation produit le son " D " (en rune deux trait parallèle qui rejoignent un trait), en changeant la quantité de temps sans variation de pression donc la force, nous remarquons que le son devient le " T " ( en rune trois traits parallèles qui rejoignent un trait), en continuant à changer la durée entre les deux formes acoustiques, le son devient un " C " (en rune 4 traits parallèles qui rejoignent un trait). La force des sons est clairement indiqué en alphabet runique, ce qui rend sa modélisation bien plus simple en abadie.jo

Si au café philosophique j'ai clairement déclaré que la notion de fréquence, n'était qu'une vue de l'esprit, et ne pouvait être issus que d'esprits dérangés, ce n'est pas sans raisons. En exemple, ce n'est pas parce qu'en jetant un cailloux à la mer, nous mettons de l'eau sur le sable, que nous pouvons déplacer un océan en jetant des cailloux dedans. Idem, ce n'est pas parce que nous pouvons déformer un forme sonore en changeant sa fréquence, que la notion de fréquence peut être utilisé pour caractérisé une forme acoustique.

Pour pouvoir comprendre le Celte, avant de chercher à savoir comment écrire les sons, il faut en premier apprendre à apprendre comment associer les idées. Et c'est cet apprentissage qui est très long, car c'est quelque chose qui se découvre par soi même, l'enseignant ne peut que constater s'il peut partager ou s'il doit encore attendre que l'apprenant ait assez d'expériences.

Il ne sert à rien d'indiquer que c'est telle ou telle dimension qui produit telle effet, si derrière la personne ne sait pas les marier.

En exemple, sur les consonnes déjà vue.
Le son

"d" mais, ceci n'est vrai que si la force de la voyelle qui vient après est en équilibre. La voyelle qui vient après s'écrit différemment puisqu'elle est produite par une autre dimension aux lois différentes. Le son d, n'existe pas par lui même ou pour lui même, il n’existe que s'il trouve une autre dimension pour pouvoir se refléter. Nous sortons de l'enfance et du langage d'aujourd'hui, pour entrer dans l'entendement, et associer les équilibres qui permettent de comprendre et de s'exprimer.

Le son




" T " id que pour le son "D", selon la force de la voyelle, il est facile de passer du "t" au "d"

Le son
" C " id et ce n'est pas tout mais nous entrons dans l'entendement, qui permet de ranger dans cette dimension de nombreuses consonnes qui sont en fait de même forme.


Changeons de dimension et allons dans une dimension de voyelle.

Le son
"A", dans cette dimension, nous trouvons la vinaigrette, deux éléments qui ne se mélange pas qui par effet et loi d'une autre dimension se mélange (nous trouvons ce symbole graver sur les façades de plusieurs cathédrales représenté par un homme et une femme entrelacés en combat). Cette lettre, ou je devrais dire ce son, a une grande importance, car selon ses équilibre, il nomme l'Homme avec un grand H. Le sens est toujours dans la construction des équilibre, mais pour pouvoir comprendre leurs écrits, il faut en premier arriver à apprendre à comprendre.

En toute logique le
" E " se trouve dans la même dimension, car de même nature, et en faisant varier la valeur "jo", il est facile de passer du son "A" au son "E"

Toujours dans les voyelles, c'est le premier son que j'ai modélisé, c'est celui que je préfère, le
" O".


Si au hasard d'une pierre vous voyez

ces deux symboles associés parmi d'autres, il y a de fortes chance que ce soit le nom d'un village. C'est pour cela que tous les lieux qui n'ont pas été envahit par les romains antiques (éloignés des grandes routes) finissent par le son "ac" . En exemple dans les Pyrénées : Bénac, Brassac, Darnac ...Mais comme l'entendement pousse à l'équilibre, le support des écris était surtout le bois de manière à rester dans des systèmes naturellement stables. Graver sur du dure a un aspect irraisonné, comme si nous voulions imposer au futur nos croyances.

La latinisation de notre langue ne s'est pas faite en un jour, ainsi nous trouvons de nombreux écris à base de lettres celtes déformées, mais ayant perdu leur raison d'être, c'est jolie, mais d'aucune utilité. Nous trouvons aussi souvent la tradition qui a perduré avec les copistes qui redonnaient parfois le sens originel en dessinant une forme au travers même d'une lettre, une tentative désespérée qui ne peut faire retourner à l'entendement. Elle ne peut que témoigner qu'il y a eu quelque chose.






Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: